La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL BUSINESS Cap décideurs Les nouveaux outils...
12/05/201604:11

Xerfi Canal TV a reçu Caroline Prodhon, enseignant-chercheur au sein du Laboratoire d'optimisation des systèmes industriels (Losi) de l’Université de technologies de Troyes (UTT) pour évoquer les nouvelles possibilités d’optimisation ouvertes grâce l’essor des outils numériques dans la logistique.

 

Mais d’abord, première question : avez-vous le sentiment que ces possibilités sont suffisamment exploitées aujourd’hui ?

 

Je voudrais dire en introduction qu’on perd souvent de vue que la logistique est le pilier de notre style de vie. Depuis l’émergence du e-commerce, on a basculé d’une société de consommation à une génération du « tout-tout de suite ». La logistique semble donc être efficace pour répondre à ces exigences, et pourtant, si on y regarde de près, ce n’est pas aussi vrai que cela. Deux choses : d’abord, il est reconnu qu’aujourd’hui, ce qui est expédié, c’est essentiellement de l’air et de l’emballage. Et puis il faut ajouter à  cela que les produits sont souvent entreposés là où on n’a pas directement besoin, donc ils ne sont pas  disponibles rapidement là où ils sont vraiment nécessaires. Avec l’essor des outils numériques, on peut  relever les nouveaux défis. Mais si le recours à des outils et logiciels de suivi est devenu la norme, l’utilisation d’algorithmes performants d’optimisation reste, elle, limitée.

 

Alors qu’est-ce qui pourrait être mieux intégrer ?

 

Il faut bien dire que de nombreuses décisions sont aujourd’hui encore prises « à la main ». Pourtant, on dispose d’une grande masse de données et de dispositifs de suivi ou de visualisation. Je pense là aux technologies connectives intelligentes, comme la RFID pour la traçabilité, ou encore les SIG pour localiser les véhicules. Alors bien sûr, l’expertise métier permet l’élaboration de telles solutions, mais celle-ci reste souvent complexe, laborieuse et les résultats sont souvent améliorables, surtout si l’on souhaite atteindre une performance globale. Mais si l’on couple des outils d’aide à la décision performants aux informations dont on dispose, on va pouvoir optimiser les performances et le niveau de service.

 

Que nous révèlent l’utilisation des algorithmes et l’exploitation de ces nouvelles données par rapport aux méthodes basiques ?

 

Eh bien je pense à des études récentes qui incitent par exemple au développement d’entrepôts collaboratifs en périphérie des villes. Il s’agit de bases pour des véhicules plus petits, pourquoi pas électriques, qui viennent s’approvisionner pour s’occuper des livraisons des derniers kilomètres. Reste la question sur le choix précis de la localisation de ces entrepôts, qui est cruciale.

 

Justement, quelle est l’implantation optimale ? Est-ce au barycentre de la clientèle comme on pourrait le penser intuitivement ?

 

Eh bien non ! Cela aboutit généralement à une solution sous-optimale. Il vaut mieux raisonner en intégrant l’allure des potentielles tournées issues des entrepôts. C’est ce qui va permettre un gain sur les kilomètres parcourus quotidiennement, et donc une économie substantielle en fin d’année. Autres paramètres à considérer pour optimiser les tournées de ces véhicules : les créneaux horaires précis des visites aux clients, les conditions de trafic, ou encore le rechargement de ces véhicules électriques. Une telle optimisation requiert des algorithmes d’aide à la décision qui sont aujourd’hui loin d’être intégrés dans la plupart des logiciels commerciaux.

 

Pour conclure, quels seraient les quelques conseils que vous donneriez à un transporteur qui se demandent par quel bout aborder le problème de la transformation numérique de son activité ?

 

Le danger, c’est que chaque acteur décide indépendamment et localement de sa part du puzzle. Si c’est le cas, les meilleures technologies et les logiciels de pilotage et de suivi n’apporteront qu’une réponse inadaptée. C’est pourquoi je suggère de combiner, avec l’aide de spécialistes, les outils informatiques et mathématiques. Je ne dis pas que c’est facile. Ces systèmes sont complexes, avec un grand nombre d’acteurs impliqués et un important volume d’informations à traiter. Mais c’est indispensable pour analyser, modéliser et les optimiser.

 

Caroline Prodhon, Les nouveaux outils d’optimisation de la chaîne logistique, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : NumériqueTransportLogistiqueOptimisationCaroline ProdhonAlgorithmes

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier