La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL BUSINESS Cap décideurs Changer de regard sur...
06/07/201604:00

Xerfi Canal TV a reçu Jérôme Plain, professeur des Universités et Directeur des Relations Entreprises à l’Université de technologie de Troyes (UTT) pour aborder le thème de l'innovation en France.

 

D’abord, vous qui êtes un chercheur en sciences dures, qu’est-ce que vous mettez derrière ce terme d’innovation ? 

 

C’est vrai qu’aujourd’hui, ce que l’on entend par innovation, c’est faire quelque chose de nouveau qui va être commercialisé. Mais la définition est plus large à mon sens. La recherche publique est aussi source d’innovation ! Simplement, elle prend plus de temps pour la faire émerger : les travaux peuvent durer jusqu’à 15 ans alors qu’une entreprise va travailler sur un projet innovant 2 ou 3 ans maximum. 

 

C’est donc une approche différente….

 

Oui, une entreprise va mettre en place une stratégie précise pour l’innovation. Prenez un fabricant de marteau qui décide de passer d’un manche en bois à un manche en plastique. Il va lancer des ingénieurs en R&D qui vont travailler sur des matériaux qui respectent des contraintes de coûts avec l’objectif d’obtenir des produits plus compétitifs par exemple. Le chercheur n’a pas la même approche. Il va partir d’un point A sans forcément savoir quel est le point B. Son cahier des charges va être une feuille blanche et il va devoir faire travailler son imagination. Ce qui, au passage, déconstruit le mythe du chercheur pas du tout créatif.

 

On pourrait aller jusqu’à parler d’approches opposées ?

 

Non…attention à ne pas opposer les deux mondes, privé et public. Une partie de mon travail de chercheur, c’est notamment de faire converger les besoins industriels avec des expertises de chercheurs développées sur des années.

 

Pourquoi cette différence d’approche ? 

 

Les entreprises ne peuvent pas se permettre de passer 15 ans sur un projet ni d’innover sans stratégie. En France, on n’a pas cette culture et c’est d’ailleurs bien dommage… Dans d’autres pays, on peut sans problème poser 10 idées sur la table et n’en garder qu’une. Prenez Apple par exemple, voilà déjà quelques années qu’on nous annonce l’Apple TV ou l’Apple car. Si ces produits n’ont pas encore été mis sur le marché, c’est qu’Apple sent que ce n’est pas devenu « viral » (entre guillemets). Autrement dit, ils ne sentent pas qu’il y a derrière le produit un usage qui peut devenir commun comme c’est le cas par exemple avec le smartphone. Ils sont sur une stratégie de création de l’usage.

 

Vous voulez dire que les Anglo-saxons privilégient l’innovation dans l’usage que l’innovation technologique ? 

 

Oui. Par exemple, avec l’Ipod, c’est la molette qui a été brevetée. L’innovation technologique n’est là qu’une toute petite partie d’un produit réellement innovant en termes d’usage. On peut regretter qu’il n’y ait pas cette logique en France. Les Français doivent arrêter d’être des innovateurs dans les laboratoires. Pensez à la perte que représente les personnes qui avaient des idées mais sont partis à l’étranger parce que personne ne voulaient les financer !

 

Jérôme Plain, Changer de regard sur l’innovation en France, une vidéo Xerfi Canal TV.

 

En savoir plus sur l'UTT


En savoir plus

Mots clés : EntreprisesInnovationTechnologieRechercheAppleUsages

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier