La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés Le marché du démantèlement...
https://player.vimeo.com/video/237390836?autoplay=1 Alexandre-Boulegue-ABO-Le-marche-du-demantelement-de-centrales-nucleaires-6784.jpg
24/10/201702:53

Le démantèlement s’impose comme le maillon le plus prometteur de la filière nucléaire. Tous les éléments semblent en effet réunis pour assurer de solides perspectives de croissance au marché selon l’étude Xerfi France : âge avancé des centrales françaises, objectifs ambitieux de réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique du pays ou encore niveau élevé des compétences françaises en solutions robotiques et numériques pour la déconstruction en milieux radioactifs. 33 sites nucléaires civils étaient en cours de démantèlement en France en 2017, des sites appartenant au CEA, à New Areva et à EDF, EDF qui démantèlent aujourd’hui 6 de ses centrales de 1er génération. Au niveau mondial, les chantiers sont également de plus en plus nombreux. On comptait 164 centrales arrêtées ou en démantèlement courant 2017, soit une trentaine de plus qu’en 2014. Et d’ici 2030, 75 installations auront plus de 50 ans et devront être mises hors service en théorie.

 

Ce marché encore naissant constitue une source conséquente de revenus pour de nombreux acteurs en quête de diversification. En vérité, cinq familles d’acteurs y sont présentes :
• Les cabinets d’ingénierie comme Assystem ou SNC Lavallin, qui apportent leur savoir-faire dans la réalisation d’études d’avant-projet ou qui développent des engins robotiques d’intervention.
• Les sociétés de services industriels, qui réalisent des missions complexes d’assainissement à l’image d’Ortec et d’Onet Technologies.
• On compte également les spécialistes de la gestion des déchets comme Veolia et Séché Environnement pour ne citer qu’eux.
• Enfin, n’oublions pas les exploitants de sites nucléaires (EDF et New Areva) diversifiés sur l’ensemble de la filière nucléaire,
• Ainsi que les entreprises de BTP, intervenant dans des missions de déconstruction.

 

Cette véritable filière française du démantèlement nucléaire tend à se structurer selon l’étude Xerfi France. En effet, tous ces acteurs se rassemblent de plus en plus autour de groupes de travaux ou de projets de R&D. Ils mutualisent leurs expertises avec comme objectif final de construire des process standardisés capables de faire leur preuve et de réduire les coûts. Car, en effet, la maîtrise des coûts apparaît comme un défi clé pour se construire une légitimité face à des budgets de déconstruction qui tendent à déraper, et ainsi au final assurer le développement futur de cette nouvelle filière. Pour améliorer leur compétitivité, les acteurs cherchent à faire émerger un référentiel standard. Ils innovent également en recourant notamment à la robotisation et aux technologies digitales. Deux leviers qui permettent de limiter les risques d’exposition aux radiations et de diminuer les délais d’intervention. En définitive, les spécialistes du nucléaire sont en quête d’un modèle économique leur permettant de dégager des revenus et marges confortables…

 

Alexandre Boulègue, Le marché du démantèlement de centrales nucléaires, une vidéo Xerfi Canal Economie.


En savoir plus

Mots clés : Energie / EnvironnementIndustrie

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier