La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés Le marché des croisières
https://player.vimeo.com/video/175673945?autoplay=1 Alexandre-Boulegue-Le-marche-des-croisieres-5318.jpg
26/07/201603:09

Rien ne semble pouvoir entraver l’essor du marché des croisières maritimes. Pour preuve, le nombre de passagers français a augmenté de plus de 10% par an depuis 2007. Et le marché semble promis à un bel avenir selon la dernière étude de Xerfi. En effet, le taux de pénétration des croisières en France, de 0,9%, reste faible par rapport aux pays voisins, comme le Royaume-Uni et l’Irlande (2,6%), l’Allemagne (2,2%) ou l’Italie (1,4%). Si les croisières ont été épargnées ces dernières années par la crise économique, contrairement aux autres pans du tourisme, c’est que leur modèle d’affaires est particulièrement robuste. Il repose d’abord sur une stratégie tarifaire bien huilée : les recettes des tickets ne couvrent que partiellement les charges, et ce sont les ventes de suppléments à bord qui permettent de dégager des profits. Ensuite, comme les compagnies misent sur des navires de plus en plus gigantesques, elles réalisent des économies d’échelle qui font baisser le coût par couchette. Au final, elles proposent un produit au rapport qualité/prix supérieur par rapport à la concurrence à terre, notamment par rapport aux complexes touristiques, le tout à un coût maîtrisé.

 

Cette véritable logique industrielle a permis aux géants de la croisière de renforcer leurs positions dominantes dans le paysage concurrentiel. C’est le cas par exemple des n°1 et n°2 sur le marché français, Costa Croisières et MSC Croisières. Pour ces groupes, la compétition tarifaire a payé. Une compétition rendue possible par les économies d’échelle mais aussi par la surenchère promotionnelle à coup de campagnes publicitaires massives et grâce au relais des milliers d’agences de voyages partenaires. Aux côtés de ces leaders, d’autres groupes cherchent à se différencier par un positionnement plus spécifique. Par exemple, le français Ponant, récemment repris par Artémis, le monégasque Silversea ou, dans une moindre mesure, le groupe Club Med, se sont positionnés sur la croisière de luxe, avec des navires de taille plus restreinte et des prestations haut de gamme. Ils investissent aussi depuis peu le segment du voyage d’expédition vers des destinations lointaines comme les pôles nord et sud, avec pour objectif de séduire une clientèle aisée.

 

Cette extension de l’offre constitue l’un des axes de développement suivis par les acteurs de la croisière pour profiter du dynamisme du marché. Les leaders sont aussi concernés, puisque Costa Croisières a par exemple lancé de nouveaux itinéraires dans l’Océan indien et la péninsule arabique. Autre axe de développement décrypté par les experts de Xerfi dans leur étude : l’élargissement de la clientèle avec des offres dédiées aux voyages d’affaires ou encore aux jeunes. C’est par exemple le cas de Croisières de France, le n°3 français, qui va proposer des itinéraires plus courts, de 3 à 6 jours. Enfin, les leaders devraient poursuivre leur course au gigantisme des navires et renforcer leurs actions commerciales. Des leviers de développement qui, vous l’aurez compris, ont fait leurs preuves ces dernières années…

 

Alexandre Boulègue, Le marché des croisières, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Consommation et ménagesMédias / culture / loisirs

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier