La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco 25 ans d'évolution de...
https://player.vimeo.com/video/175704364?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-25-ans-d-evolution-de-l-emploi-les-5-mutations-majeures-5319.jpg
26/07/201604:31

Il faut prendre du recul, beaucoup de recul. En réalité, il faut 25 ans pour se rendre compte des mutations profondes du marché du travail français. Premier constat : l’emploi s’est d’abord beaucoup féminisé : le nombre de femmes en emploi a progressé d’environ 2,8 millions sur la période pour seulement une hausse de 624 000 pour les hommes. Le « gap » est énorme avec un rapport de 1 à 4,5. Si bien qu’aujourd’hui plus de 48% des emplois sont occupés par des femmes : la parité n’est donc plus très loin et deux courbes se rapprochent : celle des taux d’emplois (qui rapporte le nombre de personnes en emplois sur la population en âge de travailler, grosso modo les 15 à 64 ans). La courbe des femmes monte et à près de 61%, jamais elle n’a été aussi haute. Pour les hommes, elle descend à 67,7%. Jamais depuis le début de la série (c’est à dire 1975), elle n’est descendue aussi bas. Jamais, non plus, depuis le début de la série, l’écart hommes-femmes n’a été aussi réduit : 6,8 points.

 

C’est de la préhistoire mais en 1975 cet écart était supérieur à 31 points ! C’est une transformation sociale majeure. C’est le résultat de la nécessité d’un double salaire à l’ère de la consommation de masse, de la marchandisation des tâches domestiques qui a été la clé de l’accès aux femmes à des postes plus élevés, de la volonté d’une plus forte reconnaissance sociale des femmes et de leur plus forte autonomie financière. La féminisation va de pair avec un deuxième bouleversement, la montée de la tertiarisation des emplois. Sur les 25 dernières années, l’industrie a détruit 1,4 million d’emplois (en partie liée à l’externalisation), l’agriculture près de 500 000, la construction est restée stable, le tertiaire en a gagné 5,3 millions. L’industrie, l’agriculture, le BTP sont très masculinisés : près de 8 emplois sur 10 sont occupés par des hommes alors que les femmes sont majoritaires dans le tertiaire. Autre transformation, l’élévation du niveau général de formation de la population.

 

C’est bien entendu la conséquence de l’effort appuyé dans le système éducatif, notamment le supérieur. Si bien qu’aujourd’hui la proportion de personnes en emploi, dotée d’un niveau de diplôme équivalent au bac ou supérieur, est passée de 30 à 60% en 25 ans et seule une minorité des emplois occupés (à peine plus de 10%) le sont par des personnes sans diplôme. Attention, le niveau des emplois n’a pas suivi. Des personnes hautement qualifiées (bien souvent des jeunes) sont contraintes d’accepter des emplois en-dessous de leur compétence chassant par là-même les employés qui les occupaient traditionnellement et dont le point de chute est bien souvent Pôle Emploi. Une autre transformation majeure concerne le statut de l’emploi avec une grande rupture, celle de la montée du salariat. Il y a 25 ans, la salarisation complète de la société était une thèse largement partagée. Or la part du salariat tend à diminuer depuis le début des années 2000.

 

C’est la conséquence de l’épuisement de la baisse de l’emploi indépendant traditionnel (agriculteurs, artisans, commerçants, professions libérales) mais aussi des nouvelles modalités de travail indépendant ultra-flexible (avec notamment la création du statut d’autoentrepreneur en 2009) le plus souvent en sous-traitance des entreprises. La précarisation du salariat est une autre tendance forte. C’est d’abord la montée du temps partiel : qui concerne aujourd’hui près d’un salarié sur 5 contre 12% au début des années 90. Un temps partiel, qui dans bien des cas est plus subi que choisi. Autre signe, les CDD, l’intérim prennent une place croissance, même si les CDI restent ultra-majoritaires avec environ 88% du stock de l’emploi salarié. Mais c’est une baisse de 4 points sur 25 ans, contre une progression de 2,5 points pour les CDD et de 1,5 point pour l’emploi intérimaire. Féminisation, tertiarisation, élévation du niveau de qualification, rupture dans la progression séculaire du salariat, et précarisation forment les 5 grandes mutations du marché du travail des 25 dernières années.

 

Alexandre Mirlicourtois, 25 ans d'évolution de l'emploi : les 5 grandes mutations, une vidéo Xerfi Canal TV.

 

 


En savoir plus

Mots clés : Economie françaiseEmploi, salaires, travail Travail SalariatAutoentreprenariatPrécarité

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier