Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Alerte sur la croissance : le moral des chefs d'entreprise flanche

Publié le dimanche 10 juillet 2016 . 3 min. 10

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

Cela commence à faire beaucoup, beaucoup trop pour les chefs d’entreprise. Il y a d’abord la détérioration du climat social.  Commencées le 9 mars, les manifestations contre la loi El Khomri se sont poursuivies en avril pour prendre de l’ampleur en mai avec, en sus, le blocage des raffineries et des dépôts de pétrole. Des manifestations qui ont couru tout le mois de juin pour se terminer le 5 juillet.

 

Quand on fait le compte, c’est 4 mois de grève perlée, et ce n’est peut-être pas fini, les syndicats ont d’ores ayant déjà promis un second round à la rentrée de septembre. Pas étonnant donc que le moral des chefs d’entreprise ait du mal à tenir le choc. D’autant que les pertes d’activité sont déjà bel et bien là inscrites dans les comptes. 

 

C’est une évidence : dans l’industrie où les chaînes de production ont été très perturbées, avec à la clé une chute sévère de l’activité en juin selon les industriels. Idem dans les services (principalement les services aux entreprises) qui souffrent en plus de pressions folles sur leurs prix : il faut au moins en fournir plus aux clients pour maintenir les tarifs, ou casser les prix à prestation égale.  Ce n’est pas mieux dans le commerce, touché de plein fouet en plus par une météo calamiteuse, et sans espoir de rattrapage. Le coup est rude et la fin du deuxième trimestre est plombée. Vient s’ajouter depuis le 24 juin le Brexit.

 

Pour beaucoup d’analystes, l’effet sera limité aux simples impacts sur les exportations françaises vers le Royaume-Uni et les flux d’investissements directs réalisés par les Britanniques en France. C’est prendre le problème par le petit bout de la lorgnette. Avec le Brexit, c’est le saut dans l’inconnu, une plongée dans le brouillard. Pour un automobiliste, le réflexe salvateur consiste à lever le pied en attendant que l’horizon se dégage à nouveau. Pour un chef l’entreprise cela revient à différer les embauches, à geler les investissements, à mettre en veille les projets, bref à jouer la carte de la prudence.

 

Et la mécanique est infernale : ce sont des comportements auto-réalisateurs et c’est bien là le principal danger. D’autant qu’il ne faut pas limiter l’analyse au patronat français mais l’étendre à l’Europe toute entière. Autre effet collatéral du Brexit, la chute des bourses, notamment de la place parisienne qui a cédé près de 10% de sa valeur en quelques jours seulement. En d’autres termes, pour les détenteurs d’un portefeuille d’actions, principalement les chefs d’entreprise, les managers, la pilule est amère d’autant que les craintes d’un grand craquement sont réapparues. . Ce qui participe bien entendu à la morosité ambiante et à la chute du moral. Enfin, dernière couche : la prochaine élection présidentielle en mai 2017.

 

On le sait, la période pré-électorale rend les entreprises frileuses. Surtout que l’issue du scrutin est très incertaine et qu’une redistribution totales des cartes est probable. Climat social + Déflation + Brexit + Krach boursier + Elections à haut risque, la coupe est pleine pour les chefs d’entreprise et le risque pour la France est bien celui d’une chute brutale de la croissance à partir du 3ème trimestre.

 

Alexandre Mirlicourtois, Alerte sur la croissance : le moral des chefs d'entreprise flanche, une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER