Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Commerce : une rentrée anxieuse

Publié le mardi 3 septembre 2013 . 3 min. 41

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

La consommation des ménages a rebondi, mais pas le chiffre d'affaires de la distribution ! En hausse de 0,4%, les dépenses des Français ont pourtant pleinement participé au rebond surprise de la croissance au 2ème trimestre. Ils ont contribué pour près de la moitié à la progression d'ensemble. Une bonne nouvelle que les distributeurs peinent à croire, eux, qui ont enregistré un recul de 0,1% de leur chiffre d'affaires selon la Banque de France. Alors comment expliquer un tel décalage ? En fait, il faut examiner les composants de la hausse de la consommation. Et que voit-on ? Que la hausse a été portée par la flambée des dépenses d'énergie liée à un printemps hivernal : c'est bon pour EDF, c'est bon pour les distributeurs de fuel et c'est à peu près tout. Une hausse portée aussi par le sursaut des achats d'automobiles, c'est bon pour le chiffre d'affaires des concessionnaires. Pour le reste, c'est l'encéphalogramme plat …..ou pire. De quoi expliquer les déconvenues du commerce de détail sur les principaux postes discrétionnaires, c'est-à-dire là où les ménages peuvent facilement se serrer la ceinture. Dans l'habillement, le chiffre d'affaires en volume a ainsi chuté de 3% au deuxième trimestre, dans l'horlogerie bijouterie de 2,2%, dans la parfumerie et les produits de beauté de 0,3%. Et si on élargit l'analyse aux dépenses dans les services aux ménages ou dans l'hôtellerie ? restauration, le ton est le même. Le bilan touristique en demi-teinte de cet été en témoigne. La crise est installée dans les esprits et les Français sont au régime sec comme le montre l'écart grandissant entre l'opportunité de faire des achats importants et celle d'épargner. Un écart historique depuis 1972, date des premières informations disponibles ! Et les commerçants ne se font aucune illusion. Ils prévoyaient cet été une rentrée difficile dans la lignée d'un début d'année très compliqué. C'est bien ce que montre l'évolution du climat des affaires dans le commerce qui campe obstinément sous sa moyenne de long terme fixée à 100 par construction, malgré un sursaut temporaire au mois d'août. Quant aux perspectives de ventes elles restent très loin de leur moyenne de long terme, signe que le retour à la normale de l'activité n'est toujours pas d'actualité. Les commerçants ont raison. Les conditions d'une véritable reprise de la consommation ne sont pas réunies : 1- le pouvoir d'achat est rogné de tous les côtés et les hausses d'impôt décidées en 2012 c'est maintenant pour le portefeuille, 2-  les comportements se sont adaptés à une crise durable. Et seule une embellie rapide du marché du travail serait capable de décoincer la situation. C'est improbable à court terme. Difficile donc de prévoir autre chose qu'une consommation atone. Pour les commerçants, cela veut dire que la bataille des parts de marché va s'intensifier avec des prix encore plus écrasés. La rentrée en donne une parfaite illustration : le prix moyen du cartable a augmenté de 0,6% sur un an, c'est près de deux fois moins que l'inflation qui est de 1,1% et les grandes enseignes à grand coup de campagnes publicitaires comparatives revendiquent toutes la place de leader des prix bas. Le ton est donné. Attention, il risque d'y avoir des victimes !                                                

Alexandre Mirlicourtois, Commerce : une rentrée anxieuse, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER