La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Croissance zéro : pas pour...
https://player.vimeo.com/video/122372064?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Croissance-zero-pas-pour-tous-1475.jpg
18/02/201303:01

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi

Zéro pointé. C’est le bilan de la croissance française selon la première estimation de l’INSEE. Un zéro qui nous apprend finalement rien ou pas grand chose sur la réalité de l’économie française car il s’agit là d’une moyenne. Croissance zéro oui, mais pas pour tous. Car il n’y a pas une mais trois France. Une France qui plonge. C’est une partie de la France industrielle qui, chassée du haut de gamme par les productions des pays d’Europe du Nord, s’est positionnée sur l’entrée ou le moyen gamme et se retrouve balayée par les pays à bas coûts. C’est bien ce qu’illustre la fermeture en rafale d’usines dans les basins manufacturiers autrefois très puissants, comme en Picardie. Parfois même, des secteurs entiers partent à la dérive. C’est le cas aujourd’hui de l’industrie automobile qui, en sombrant, entraîne avec elle les filières de transformation en amont comme la métallurgie ou la plasturgie. Les restructurations emblématiques de Peugeot-Citroën ou de Florange y font écho. A côté de cette France qui plonge, il y a une France qui surnage. C’est celle qui dépend notamment des amortisseurs sociaux. Des amortisseurs sociaux qui permettent presque toujours de maintenir à flot la consommation des ménages. D’ailleurs son score en 2012, 0%, est la réplique exacte de la croissance d’ensemble. Et de nombreux professionnels sont ainsi à l’abri du mauvais temps. Une partie de la distribution, de la restauration, des services aux ménages forment ces filières dont la base productive ne peut être que locale. Et comme vous pouvez le voir maintenant, le ralentissement du pouvoir d’achat imprime sa marque sur l’activité des services aux ménages mais sa résistance l’empêche de sombrer. Bien sûr, le secteur non marchand, l’administration pour faire court, entre lui aussi dans cette catégorie. Enfin, il y a une France qui monte, qui bouge et qui gagne. Les exemples ne manquent pas notamment dans la nouvelle économie. La France n’est peut être pas à la source des technologies, mais elle est au rendez-vous de ses usages et de ses applications. Dans les nouveaux matériaux on retrouve le talent de l’ingénierie français comme dans entreprises comme Axon spécialiste du câble. Et quand il faut se réinventer les exemples ne manquent pas c’est le cas de Rossignol ou d’Atol. Le livre de Vincent Lorphelin, Le rebond économique de la France, fourmille d’exemples. Finalement, la moyenne n’intéresse personne. Sauf l’Etat dont les recettes fiscales dépendent de l’activité dans son ensemble. Et il ne faut pas se voiler la face : 2013 s’annonce très délicate pour la moyenne. Parce que l’essentiel de la croissance d’une année se construit sur la fin de la précédente et sur le profil du premier trimestre, peu de suspense donc aujourd’hui sur la trajectoire pour l’année en cours. Le PIB va baisser, de 0,4% selon notre scénario. Mais encore une fois, c’est une moyenne dénuée de sens vu l’éclatement des trajectoires des entreprises et des secteurs.

Alexandre Mirlicourtois, Croissance zéro : pas pour tous, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie françaisePrévision et conjoncture

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier