La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Etats-Unis : la vraie...
https://player.vimeo.com/video/122912656?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Etats-Unis-la-vraie-reprise-est-la-les-emplois-aussi--2118.jpg
20/01/201403:21
Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

Ca y'est la « job machine américaine » de l'emploi est relancée. Ce n'est certes pas une évidence à la lecture des dernières statistiques sur l'emploi : tombées à 74 000, les créations nettes en décembre dernier se sont situées très en dessous de la performance moyenne de 2013 qui a dépassé les 182 000 créations mensuelles. S'il ne faut pas se voiler la face, sur la réalité de ce chiffre médiocre, il convient :

1- de le replacer dans son contexte. Celui d'un mois de décembre très particulier, beaucoup plus froid qu'à l'ordinaire, ce qui a comprimé les embauches.

2- de le replacer dans sa tendance de long terme. Et, là, le message est très clair : la trajectoire de l'emploi est une droite ascendante. L'emploi est aujourd'hui en passe de restaurer son niveau d'avant crise.

Mais pour certains, la remontée est trop lente. Après l'ampleur du décrochage en 2008-2009, le redressement du marché du travail aurait dû être beaucoup plus affirmé et de conclure sur la fragilité actuelle de la reprise. Ce n'est pas notre avis à Xerfi. Si la « job machine » ne tourne pas encore à plein régime c'est en raison même du type de reprise. Car cette fois-ci, c'est une reprise à diffusion lente qui concerne d'abord les secteurs les plus productifs, ceux qui sont intenses en équipements mais économes en main d'?uvre. Je pense bien évidemment au retour de l'industrie américaine. Une industrie, qui prise dans son abord le plus large, voit son volume d'activité désormais dépasser son niveau de décembre 2007. A cela s'ajoutent, les efforts des entreprises américaines pour se restructurer, restaurer leur productivité et en définitive leurs profits. A 12,5% de la valeur ajoutée en moyenne sur 2013, jamais le taux de profit n'a atteint un tel niveau depuis 1959, origine de ces statistiques ! Un processus de correction qui a aujourd'hui atteint ses limites. Comme vous pouvez le voir, le taux de profit plafonne et c'est une bonne chose. C'est en fait une nouvelle étape de la reprise qui est sur le point d'être franchie. La reprise industrielle va se diffuser aux secteurs liés comme les services aux entreprises dont la croissance est plus intense en main d'?uvre. C'est bon pour l'emploi. En matière de partage de la valeur ajoutée, nous devrions assister à une légère déformation en faveur cette fois ci des salariés au fur et à mesure que l'économie américaine se rapproche du plein emploi. C'est bon pour les salaires. Le pouvoir d'achat en sera donc amélioré. Il bénéficiera même des effets richesse tirés des bonnes performances boursières et de la hausse des prix de l'immobilier. A leurs tours, tous les secteurs accrochés au pouvoir d'achat vont se relancer. La base sectorielle de la croissance va donc s'élargir ce qui va la solidifier. C'est pourquoi notre prévision de croissance pour 2014 atteint désormais 2,5%. Un élargissement à des secteurs plus gourmands en main d'?uvre. C'est pourquoi le taux de chômage tombera à 6% en fin d'année.

Alexandre Mirlicourtois, Etats-Unis : la vraie reprise est là, les emplois aussi !, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie mondiale

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier