Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Faire collaborer l'homme et la machine : la cobotique

Publié le mercredi 4 novembre 2020 . 3 min. 07

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Homme et robot sont à de plus en plus amenés collaborer dans un même espace. Pourtant, aujourd’hui encore, des millions de robots industriels vissent, soudent, peignent, assemblent et accomplissent de multiples tâches répétitives sur les chaînes de montage. Ils se retrouvent le plus souvent dans des espaces clos afin de garantir la sécurité des humains qui se trouvent encore là. Ils conservent toujours toute leur place, mais c’était le temps d’avant.


Les avancées technologiques ont permis depuis de franchir une nouvelle étape pour passer à la robotique collaborative ou « cobotique ». Le robot sort de sa cage, l’espace devient alors commun entre l’être humain et la machine, c’est une rupture radicale.


Le Doc de la Fabrique « Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ? » co-rédigé par Anne Sophie Dubey et Caroline Granier propose dans ce cadre une typologie des nouveaux modes d’interaction entre l’homme et le robot.
Trois grands types de relations sont définis. Il y a d’abord un premier niveau, le plus basique, la « co-présence ». Opérateurs et cobots partagent le même espace de travail au même moment, mais effectuent des tâches séparées. Ils n’ont pas de contacts directs, ou bien de façon involontaire. Le deuxième cas de figure est la « coopération ». Le cobot et l’opérateur interviennent alors sur la même tâche, mais une tache suffisamment simple pour qu’ils agissent ensemble mais de manière totalement autonome et sans contact. Dernier niveau, celui de la collaboration. C’est le stade le plus avancé d’interaction. Dans ce cas de figure, la situation de travail est réellement collaborative ce qui implique une gestion de tâches communes entre robot et travailleur, donc contact entre l’homme et la machine.


La prise de décision, la fréquence des contacts volontaires permettent d’affiner la typologie en distinguant deux formes de collaboration avancée, deux types d’assistance : Il y a le cobot-outil, le robot est dans ce cas de figure commandé par l’homme. Autrement dit, il n’agit jamais seul et c’est toujours l’opérateur qui initie le mouvement, le robot est un exécutant qui n’a aucune autonomie dans la prise de décision. Mais il y a aussi, le cobot-collègue, qui interagit et ajuste son action de manière dynamique. A la différence du cobot-outil, les technologies de l’intelligence artificielle lui permettent de s’adapter aux changements de comportement de l’homme ou de son environnement.


A la différence de la robotique traditionnelle, la cobotique fait sortir le robot de sa cage et le place comme travaillant « avec » et non « à la place de » l’opérateur. Cette approche permet d’augmenter la productivité tout en préservant l’emploi, en compensant les faiblesses de l’humain et du robot par les atouts de l’autre. La cobotique c‘est quelque part l’aspect concret de l’intelligence artificielle.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER