Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Flambée du pétrole : la revanche de l'OPEP +

Publié le jeudi 21 avril 2022 . 5 min. 02

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le pouvoir de marché de l’Opep +, c’est-à-dire des 13 pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole menée par l’Arabie saoudite, augmentés de 10 autres pays menés par la Russie, ne cesse de se renforcer et ce n’est pas terminé. Cette alliance est née fin 2016, quand ces deux blocs se sont coordonnés pour réduire leur production et faire remonter les cours qui avaient chuté à la suite de l’arrivée massive du pétrole de schiste américain sur le marché. Cet attelage, au centre du marché pétrolier, entend bien consolider son emprise et bénéficie pour cela de 4 atouts majeurs.


L’effacement relatif des États-Unis donne un sérieux avantage à l’alliance


Le premier atout de l’Opep + : sa force de frappe. L’Opep +, c’est depuis 2017 en moyenne 45,6 millions de barils produits par jour, soit 62% de l’offre mondiale ; mais c’est surtout plus de 7 barils sur 10 exportés dans le monde. En d’autres termes, tous les pays consommateurs nets, ou quasiment tous, sont contraints de passer par l’un ou plusieurs membres de l’alliance pour s’approvisionner en pétrole.


Une alliance d’autant plus incontournable que la production américaine n’a toujours pas restauré ses niveaux d’avant-crise et à moins de 12 millions de barils jour, il en manque 1 par rapport à la situation initiale. Un déficit d’offre lié à la fermeture de puits, qui se décèle dans l’évolution du nombre d’appareils de forages en activité. Certes, il remonte après avoir touché un point bas en 2020, conséquence de la pandémie. Mais le redressement est nettement moins rapide à ce à quoi l’on pouvait s’attendre compte tenu de la flambée des prix. Deux facteurs sont à l’origine de cette frilosité des opérateurs :


- D’un côté, la crise de la Covid a entraîné de lourdes pertes et l’accès au financement s’est tari, d’autant que l’industrie du schiste américaine a déjà connu une sérieuse alerte en 2016 avec des faillites en cascades après l’effondrement des cours du brut en 2015.
- De l’autre, depuis l’élection de Joe Biden, l’administration est moins favorable à l’exploitation des pétroles et gaz de schiste qui avaient propulsé les États-Unis en 2018 à la première place du classement mondial des pays producteurs de pétrole, place qu’ils avaient cédée en 1975. Dans les faits, c’est l’annonce dès l’arrivée au pouvoir du nouveau Président d’un moratoire sur les nouveaux forages pétroliers et gaziers sur les terres fédérales.


Sans laisser le champ libre aux pays de l’OPEP +, l’effacement relatif des États-Unis donne un sérieux avantage à l’alliance. Quant à la décision du Président américain de puiser 1 million de barils par jour dans les réserves stratégiques à compter de début avril pendant 6 mois, c’est un « one shot ». Ces réserves, il faudra bien les reconstituer alors qu’à moyen terme, les incertitudes (géologiques, techniques) sont grandissantes sur le potentiel de production du pays.


Des entreprises pétrolières occidentales sous pression


Ce qui amène directement au troisième atout de l’OPEP + : les réserves prouvées sont de son côté. Avec près de 1 375 milliards de barils, l’organisation est à la tête de près de 90% des réserves mondiales de pétrole. Avec cette nuance toutefois, une extrême concentration autour de 5 pays : le Venezuela, l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Iraq et les Émirats arabes unis.


Dernier facteur favorable à l’OPEP +, les entreprises pétrolières occidentales sont sous pression. Pression de l’opinion publique, des ONG, des États, des milieux financiers, pour accélérer leur sortie du pétrole et accompagner la transition énergétique. C’est par exemple la décision prise en 2019 par le plus gros fonds du monde, celui de la Norvège, lui-même alimenté par des pétrodollars, de se désengager partiellement de certaines compagnies pétrolières. Mais c’est aussi la décision prise à la COP26 par une vingtaine de pays de supprimer toute aide à l’export pour des projets d’exploitation pétrolière. Conséquences de ces pressions, les majors occidentales vont réduire leurs investissements et céder des actifs. Cet assèchement des financements occidentaux dans l’amont pétrolier va accentuer une tendance déjà en place depuis 2015 avec la division quasiment par deux des sommes investies, alors que le volume des nouvelles réserves découvertes chaque année ne compense pas les quantités consommées annuellement. Et, si l’urgence climatique fait consensus, la modification des comportements conduisant à une baisse structurelle de la demande mondiale de pétrole reste une gageure dans les 10 ans à venir, demande qui se heurtera à une offre sous tensions, maintenant les prix sous pression. Plus en retrait, les compagnies pétrolières occidentales vont également laisser le champ libre aux entreprises nationales pour accroître leur production et aux pays producteurs, principalement l’OPEP +, étendre leur influence sur le marché pétrolier.


C’est un signe. Tous les yeux sont aujourd’hui tournés vers l’Arabie saoudite qui ne cède pas aux pressions des Occidentaux pour massivement augmenter sa production et combler ainsi les conséquences de l’interdiction d’importer du pétrole russe. Un temps sans pouvoir de contrôle avec l’inondation du marché par le pétrole américain, l’OPEP + tient aujourd’hui sa revanche.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER