Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'Italie et l'Espagne à l'assaut du marché français

Publié le lundi 22 février 2016 . 3 min. 54

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

Après l’Allemagne c’est au tour de l’Espagne et de l’Italie de siphonner une partie de la croissance française. Un simple graphique sur les évolutions comparées du commerce extérieur espagnol et français en volume donne un premier indice. Depuis la récession, les exportations espagnoles ont bondi de près de 48% et ont établi un nouveau record en 2015. Coté imports, la remontée est partielle et le pic de la série (en date du printemps 2008) n’est toujours pas restauré. En d’autres termes, les entreprises espagnoles se sont ruées vers l’exportation, pour compenser le manque de dynamisme de leur marché domestique dont la faiblesse des importations est le témoignage. Côté France, le diagnostic est à front renversé. Les importations n’ont jamais été aussi élevées et surplombent de 31% leur niveau du début de période alors que le plafond des exportations est bien plus bas. La question est donc bien de déterminer, si l’Espagne mais aussi l’Italie (et par extension nos voisins du Sud) se posent comme de sérieux concurrents de la France sur les marchés extérieurs mais aussi à l’intérieur de nos frontières et siphonnent ainsi une partie de notre croissance. Dans l’agroalimentaire c’est clairement le cas. Hors boisson, en 2011, le solde extérieur penchait légèrement en la faveur des producteurs ibériques, le déficit français se limitant à moins de 200 millions d’euros environ.

 

Aujourd’hui, la barre des 1 milliard se rapproche : une multiplication par 5 ou presque. Et si le déficit s’élargit, c’est parce que les importations en provenance d’Espagne sont très dynamiques et que les ventes françaises en Espagne, elles, patinent. Nous sommes bien là dans un jeu perdant pour la France. Idem avec l’Italie avec qui notre excédent a été divisé par 2 depuis 2011. Le mécanisme est le même : chute des exports alors que nous importons toujours autant de produits italiens. Dans l’automobile, les informations données par les évolutions du commerce bilatéral sont biaisées. Lorsque Renault décide de localiser la production de l’un de ses modèles dans ses usines espagnoles, ce n’est pas seulement le commerce entre la France et l’Espagne qui est impacté mais bien l’ensemble des échanges entre les partenaires commerciaux à qui le véhicule est destiné. Le plus simple c’est donc de partir du solde global : cela a le mérite de la clarté, l’Espagne est devenue archi excédentaire, l’Italie est à nouveau positive, la France campe dans le rouge.

 

L’évolution des productions nationales racontent la même histoire : l’Espagne a dépassé son niveau de production d’avant crise, l’Italie est en passe de le faire grâce à un spectaculaire rebond depuis peu grâce à l’installation de nouvelles lignes de production dans le Sud du pays , la France, elle est à la traine. Là aussi le diagnostic s’impose de lui même : une partie du redressement automobile espagnol et italien s’est effectué au détriment de la production réalisée dans les sites français. L’Italie, et encore plus l’Espagne défient la France. Basée sur les exportations, la première phase de leur redressement a donc eu comme contrepartie un affaiblissement relatif de la France qui était en décalage conjoncturel avec une demande domestique plus robuste. Une seconde étape est sur le point d’être franchie dans le Sud avec le réveil de la consommation des ménages et de l’emploi.  Cela sera plus profitable à la France à ce détail près : grâce à une compétitivité-coût retrouvé, les entreprises du Sud se posent désormais comme de sérieux challengers. L’intensité de la concurrence est montée d’un cran et le CICE est encore loin d’être venu à bout ne notre handicap de compétitivité intra-européen.

 

Alexandre Mirlicourtois, L'Italie et l'Espagne à l'assaut du marché français, une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER