CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco L'explosion de l'épargne des...
https://player.vimeo.com/video/467765719?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-L-explosion-de-l-epargne-des-menages-en-perspective-306347448.jpg
20/10/202004:49

Épargne de précaution, épargne désir, épargne forcée… Au cours des trois dernières décennies, les Français auront vécu tous les cas de figure.


Début des années 90 : essor de l’épargne de précaution


Épargne de précaution d’abord. C’est le cas au début des années 90. L’activité ralentit, les revenus aussi, le pouvoir d’achat, lui, recule et contre toute attente le taux d’épargne s’envole, passant de 11 à 15%. Les flux d’épargne passent ainsi de 69 milliards d’euros en 1989 à 105 entre 1993, en hausse de 52%. Or, en phase de ralentissement, les ménages puisent habituellement dans leur épargne ce qui permet d’amortir les variations de la demande intérieure, une épargne qu'ils reconstituent une fois la croissance retrouvée.


Mais là rien de tel, l’évolution de l’épargne est procyclique, la consommation flanche, l’économie française tombe en récession début 1993. Imputée au départ à la guerre du Golfe, cette hausse du taux d’épargne a joué les prolongations. Avec la crise, le nombre de sans-emploi explose et le taux de chômage passe pour la 1re fois la barre des 10%. Les craintes des ménages concernant l’évolution du chômage s’envolent et restent à un niveau élevé entraînant un gonflement inédit de l’épargne de précaution. Avec pour conséquence sur cette période une part croissante des revenus financiers dans les ressources des Français. Des revenus le plus souvent réinvestis ce qui participe à la déprime de la consommation.


Le boum de l’épargne financière jusqu’en 2000


L’amélioration de la conjoncture et la hausse des revenus à partir du milieu des années 90 jusqu’en 2000 changent finalement assez peu la donne. Les ménages maintiennent leur effort d’épargne, mais en matière de flux, on passe d’une moyenne de 94 milliards d’euros mis de côté chaque année au début des années 90 à près de 115 en 2000, en hausse de 22%.


Une évolution portée par l’épargne financière. Les innovations se sont en effet succédé et ont multiplié les supports d’épargne des ménages : création des OPCVM monétaires au début des années 80, des Plans d’épargne populaire en 1990, du Plan d’épargne en actions en octobre 1992. Par ailleurs, l’offre, s’agissant de ces nouveaux produits ou de produits préexistants (comme l’assurance-vie), s’est progressivement adaptée à une demande plus variée (multiplication des réseaux, multiplication des modalités de placements sur un même support, avec versements programmés, versements libres, etc.). Les taux d’intérêt réels sont hauts, la bourse vole de record en record et le CAC s’approche des 7 000 points en septembre 2000. Pour une partie de la population, les produits d’épargne deviennent un objet de convoitise et le plaisir de voir son épargne gonfler jour après jour concurrence celui procuré par l’achat d’un bien.


Retour des comportements de (super-)précaution


Les années 2000 marquent une rupture dans la composition du taux d’épargne. Ce n’est plus l’épargne financière, mais l’investissement logement qui a les faveurs du public. Entre temps, les taux réels ont baissé, la bourse a flanché et la pierre est en pleine ascension.


Mais la grande récession de 2008-2009 et les crises à répétition marquent le retour des comportements de précaution. Les inquiétudes sur l’évolution du marché du travail poussent les Français à se constituer un matelas de sécurité de plus en plus liquide, ce qui amplifie les effets de la crise. La consommation lâche, le PIB recule la France entre à nouveau en récession. Ce n’est qu’à partir de 2015 que la pression se relâche, la croissance est de retour, les taux font du rase-mottes. Les Français puisent dans leur épargne financière, l’investissement logement se maintenant.


C’est dans ce contexte que la crise de la Covid-19 survient et fait sauter tous les repères. Confinés, les Français dont les revenus ont été en partie préservés ne peuvent plus dépenser. Le taux d’épargne explose et passe au-dessus des 27%, c’est plus de 5,5 points au-dessus de son ancien record de 1974. En 6 mois, près de 175 milliards sont mis de côté, c’est près de 65 de plus qu’au 1er semestre 2019 une hausse de 58%. Une épargne forcée que les Français ont finalement très peu débloquée avec le déconfinement. De mars à août, le montant net des dépôts bancaires a atteint plus de 100 milliards d’euros. C’est plus de 60 milliards de plus que la moyenne constatée sur les 5 dernières années.


La collecte nette sur les livrets A et LDDS a dépassé 31 milliards d’euros sur les 8 premiers mois de l’année. C’est quasiment deux fois plus qu’en 2019 sur la même période. Ce montage d’épargne, les Français ne vont pas y toucher de sitôt. Leurs inquiétudes sur l’évolution du chômage sont à des niveaux historiquement hauts tout comme l’opportunité d’épargner alors qu’avec la multiplication des cas positifs au Covid de nouvelles restrictions sanitaires ont été mises en place. L’épargne forcée par les circonstances s’est transformée en épargne de super-précaution. La consommation cale déjà et les perspectives de reprise s’éloignent.


En savoir plus

Mots clés : Consommation et ménagesEpargneBourseTaux d'épargneInvestissement logementTaux d'épargne financière

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier