La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco L'imposture de la France n°1...
https://player.vimeo.com/video/275980764?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-AMI-Tourisme-la-destination-France-au-sommet-du-podium-mais-que-cela-cache-t-il--7757.jpg
25/06/201804:18

L'imposture de la France n°1 du tourisme : les vrais chiffres


Le classement de l’offre hôtelière européenne a vraiment de quoi surprendre. En première position, l’Italie avec près de 2,250 millions lits. Pourquoi pas ! A la deuxième place, le Royaume-Uni avec un peu moins de 2 millions de lits, c’est un peu plus étonnant, suivi de l’Espagne et surprise de l’Allemagne. La France, elle, pointe seulement au 5ème rang avec 1,312 millions de lits, soit 9,5% de l’offre disponible en Europe.

 

Pour un pays qui revendique la place de numéro 1 mondial du tourisme c’est étrange même si bien entendu, l’offre d’hébergement ne se limite pas aux hôtels. En fait, la France championne du monde du tourisme, c’est une imposture. Une imposture bien entretenue par les pouvoirs publics qui dégainent aussi sec pour assoir notre suprématie mondiale, le nombre de visiteurs étrangers passés par l’Hexagone : avec 89 millions, c’est plus que l’ensemble de la population française, la France caracole toujours en tête du classement mondial. Elle distance l’Espagne qui aurait ravi la place de numéro 2 aux États-Unis l’année dernière.


Les recettes touristiques rapportées au PIB, indicateur-clé

 

Mais avec ces chiffres, on passe à côté de l’essentiel c’est-à-dire le chiffre d’affaires réalisé par tous ces touristes sur le territoire. C’est le seul qui vaille réellement. Sous cet angle, la France tombe de son piédestal et se retrouve en 3ème position, loin derrière, très loin derrière les Etats-Unis et à une petite encablure de l’Espagne. Et encore cette troisième place est obtenue aux forceps, au prix d’une révision statistique qui d’un coup d’un seul a ramené 10 milliards d’euros de recettes supplémentaires.

 

Sinon, la France aurait glissé à la 5èmeplace, devancée par la Thaïlande et la Chine. Et elle continue de glisser si l’on rapporte le chiffre d’affaires réalisé au nombre de touristes. En concentrant l’analyse sur 28 les pays de l’Union européenne hors Luxembourg plus la Suisse, la France se hisse péniblement à une piteuse 17ème place. Même avec les chiffres redressés, avec 596 euros de recettes en moyenne par touriste, elle se situe 13% en-dessous de la moyenne européenne.

 

Et si la France rétrograde autant, c’est que nombre de visiteurs étranger sont des « pseudo-touristes » c’est-à-dire qu’ils passent mais ne s’arrêtent pas ou pas assez longtemps pour dépenser significativement et consommer autres choses que des sandwiches sur les aires de repos des autoroutes ou payer les péages. En fait, pour savoir si la France est performante en matière touristique, il faut se reporter à la ligne voyage de la balance des paiements, unique juge de paix en la matière. En rapportant, les recettes au PIB pour gommer les effets de taille, il est facile de déterminer quels sont les pays hyperspécialisés ou hyper-performants en matières touristique.


La montée en gamme de l’Espagne


Sans surprise, les pays du Sud sont aux avants postes, la Croatie, Chypre et Malte se distinguent mais la France n’a pas réellement vocation être comparée à ces petites économies mono-spécialisées sur le tourisme. En revanche, la comparaison a du sens avec l’Espagne, alors même que la France à un double avantage, le tourisme hivernal grâce à son domaine skiable hors normes, auquel il faut encore ajouter le tourisme d’affaires. Or en dépit de cela, les recettes touristiques hexagonales représentent 2,3% de son PIB contre désormais 5,2% en Espagne. Et ce, grâce à une stratégie offensive de montée en gamme et de développement de l’offre de l’autre côté des Pyrénées.

 

Autrement dit, si le tourisme français était aussi performant que le tourisme espagnol, les recettes feraient plus que doubler. Ce calcul a bien entendu ses limites. Mais cela en dit long sur les limites de l’objectif gouvernemental de 100 millions de touristes. Ce qui compte ce sont les recettes, la montée en gamme donc et in fin le solde. Avec moins de 20 milliards d’euros, le solde touristique a épongé 27% de notre déficit commercial l’année dernière. C'est un début de réponse à notre manque de compétitivité. Mais il est largement sous exploité. Sans arriver au niveau de l’Espagne mais des recettes à 4% du PIB et c’est 40 milliards d’euros supplémentaires en d’autres termes le financement du déficit extérieur n’est plus un problème.


Mots clés : Economie françaiseServices aux particuliersMédias / culture / loisirsFranceTourismeBalance couranteBalance commercialetouriste

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier