Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les secteurs gagnants de la baisse de l'euro

Publié le mardi 27 janvier 2015 . 3 min. 59

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la prévision et de la conjoncture de Xerfi

 

A qui profite la baisse de l’euro ? La dégringolade de la monnaie européenne (-20% depuis son dernier point haut de 2014) est maintenant suffisante pour modifier la trajectoire de nombreux secteurs. D’après une étude du Cepii, au niveau global, une dépréciation de 10% de l’euro par rapport à un pays partenaire gonfle la valeur des exportations de 7,5% en moyenne vers ce pays. Mais il existe des différences importantes selon la destination des exportations : ainsi une dépréciation de 10% par rapport au dollar et c’est un bond de 9,2% des exportations vers les Etats-Unis. Bien entendu toutes les entreprises, tous les secteurs ne profitent pas de la même manière de la glissade de la monnaie unique. Parmi les gagnants, deux blocs bien distincts. D’abord celui qui rassemble les professions qui réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires à l’export en dehors de la zone euro et qui ont leurs coûts de production essentiellement libellés en euros. C’est le cas de l’agro-alimentaire dans son ensemble et de la filière boisson en particulier, notamment des vins et spiritueux. Par définition la base productive se trouve en France et cette profession réalise suivant les années entre 8 et 12 milliards d’euros d’exportations. C’est la moitié de son chiffre d’affaires dont 37% prennent la direction des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada ou de la Suisse, autant de pays vis-à-vis desquels la devise européenne vacille. Et il faudrait rajouter tous les pays dont la monnaie est arrimée au dollar comme la Chine. C’est alors très directement environ la moitié des expéditions vers l’étranger qui est concernée. Parmi les grands secteurs exportateurs, la chimie, la construction automobile, de véhicules industriels, les fabricants de machines et appareils électriques où la concurrence est la plus forte à l'exportation, profitent aussi tous de l’évolution actuelle de l'euro. L’hôtellerie n’est pas à oublier puisque la baisse de l’euro renforce le pouvoir d’achat des touristes étrangers et dissuade les nationaux de partir. L’euro faible renforce aussi la compétitivité de tous les secteurs dont les contrats se signent en dollars. La construction navale, l’aéronautique, le spatial sont des cas d’école. Deuxième bloc, souvent oublié, celui des professions qui pour se développer à l’international sont contraintes de directement s’implanter dans les pays cibles. C’est le cas dans les services collectifs. Dans la gestion des eaux, des déchets, des transports collectifs des entreprises comme Veolia, Suez Environnement sont à la tête d’un réseau de filiales directement implanté dans les pays. Dans la restauration collective, c’est l’exemple de Sodexo. Et leurs filiales génèrent des revenus dont une partie libellée en dollars, livres sterling, etc. est rapatriée à la maison mère. C’est aussi le cas dans la publicité, Publicis réalise 48% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis. Mais il s’agit aussi d’un choc qui étend ses effets à tous les secteurs exportateurs européens et dont la configuration est particulière puisqu’il s’accompagne simultanément d’une baisse du prix des matières premières et donc d’une moindre pression sur les marges. De fil en aiguille, c’est une masse importante de secteurs qui se retrouvent boostés par la chute de l’euro. Les conditions d’une diffusion maximale sont donc réunies… une configuration qui pourrait être le détonateur d’une année 2015 enfin dynamique.       

 

Alexandre Mirlicourtois, Les secteurs gagnants de la baisse de l'euro,une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER