Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les vraies causes du décrochage économique du Royaume-Uni

Enregistré le jeudi 5 octobre 2017 . 3 min. 30

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Si l’économie britannique ralentit, c’est la faute du Brexit ! Les chiffres de la croissance semblent aller dans ce sens : alors que l’économie britannique faisait constamment mieux que l’Union-Européenne depuis 2012, elle s’est faite débordée en 2016 et l’écart va en se creusant.


Le Royaume-Uni, une économie structurellement déséquilibrée


Pourtant, cela n’a en fait rien à voir. Si l’économie britannique cale, c’est qu’elle structurellement déséquilibrée. Le Royaume-Uni est d’abord un pays qui connaît un profond déséquilibre de son commerce extérieur, puisqu’il approche aujourd’hui 7% de son PIB. C’est considérable. Le déficit de ses transactions courantes demeure lui aussi très élevé, de l’ordre de 5% du PIB. C’est un record en Europe. L’excédent important dans les services, est en grande partie neutralisé par les fortes sorties de revenu primaire (revenu du travail et du capital liés aux investissements directs au Royaume-Uni), et secondaire (avec notamment les transferts de revenus des travailleurs immigrés).


Il faut ensuite rappeler le contexte budgétaire britannique. De fait, avant même le Brexit, l’agenda politique était déjà celui de la consolidation budgétaire. Autrement dit, le gouvernement ne disposait déjà plus de marges de manœuvre. Pour se relever de la grande récession, l’élément central de la stratégie de David Cameron a été de s’appuyer sur une vaste reprise de l’immobilier et des effets de richesse.


Tous les leviers ont été actionnés pour cela : budgétaire, avec le programme « Help to buy » (un dispositif où 5% d’apport suffisaient pour devenir propriétaire) ; monétaire, avec la baisse des taux. Des taux pilotés avec une grande célérité par la Banque centrale. La BoE a abaissé son taux de base dès le début de la crise, l’a rapidement installé à 0,5% et a maintenu ce plancher malgré la reprise qui se dessinait dès 2010, pour finalement l’abaisser à 0,25% depuis août 2016.


Le rebond de productivité n'a pas eu lieu


Le gouvernement a également mis en place une politique non-conventionnelle d’achats d’actifs, qui a dopé les cours boursiers et renforcé les effets de richesses. Il suffit de superposer un indicateur global de richesse et le PIB pour prendre la mesure de la corrélation. Le décalage des deux courbes suggère que c’est bien ce moteur-là qui a relancé l’économie : les effets de richesse amplifient et précèdent la croissance économique.


Le pari pris à l’époque, c'est que les salaires embrayeraient pour prendre le relais et assurer une croissance pérenne. La dynamique devait s’enclencher une fois le redressement de la productivité avéré, autrement dit, une fois l’entreprise « UK » remise sur les rails. Or le tapis rouge que le gouvernement avait déroulé pour les entreprises étrangères n’a pas eu l’effet escompté : le rebond de la croissance aurait dû entraîner celui de la productivité du travail, mais elle stagne. Or, la productivité est l’un des principaux moteurs de la croissance de long terme.


Principale raison de l'échec, la dégradation de la qualité de l’emploi. La progression de l'emploi s’est concentrée sur les personnes les moins qualifiées et sur la montée de l’auto-entrepreneuriat, ce qui a entraîné un déclassement des cadres. Les entreprises ont substitué au capital le travail peu coûteux ou déprécié, comme dans les pays low cost.


En réalité, l’économie britannique s’est heurtée à ses propres contradictions. Et le Brexit en est la conséquence, pas la cause.

 

Alexandre Mirlicourtois, Les vraies causes du décrochage économique du Royaume-Uni, une vidéo Xerfi Canal Economie.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER