Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Malaise dans le conseil et les services aux entreprises

Publié le mardi 4 novembre 2014 . 3 min. 21

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

Quelque chose ne tourne pas rond dans les services aux entreprises. Ce n’est pas tant le niveau d’activité qui suscite les inquiétudes : il se maintient bon an mal an. Et si le temps béni de la grande vague d’externalisation où le chiffre d’affaires progressait de quasiment de 6% l’an est révolu, il reste un fond de croissance, une croissance estimée à un peu moins de 1% pour cette année. Ce n’est pas renversant, mais la branche parvient à se maintenir à flot. C’est cohérent avec l’image renvoyée cette fois ci par les chefs d’entreprise eux-mêmes dans les enquêtes de conjoncture de l’INSEE. Interrogés sur leur activité récente, ils témoignent d’un courant d’affaires un peu faible. Comme vous pouvez le voir, le solde d’opinion référant se place sous sa moyenne de long terme, sans trop s’en écarter et la tendance prévue pour les 3 prochains mois se situe dans le sillage des précédents, avec une très légère amélioration anticipée. Alors pourquoi, le climat des affaires, qui résume l’opinion des chefs d’entreprise sur l’ensemble de la conjoncture dans les services reste-t-il coincé à des niveaux plus proches de ceux correspondants à une situation de crise ou pour le moins de profond malaise. Si les dirigeants sont pessimistes, c’est que leurs prix sont écrasés: ils baissent même depuis un an et demi maintenant signe que les pressions déflationnistes s’intensifient. Et les chefs d’entreprise n’anticipent aucune amélioration dans les mois à venir. Bien au contraire, ils sont toujours aussi nombreux à prévoir des prix sous pression. Mais finalement, cela fait plus de deux ans, qu’enquêtes après enquêtes, une majorité d’entreprises témoignent de cette pression. Et attention aux idées reçues. Cette pression ne s’exerce pas uniquement sur les prestations à faible valeur ajoutée. Tous les services sont concernés. Premier exemple : les services informatiques. Les prix reculent dans la profession depuis le 2ème trimestre 2013. Et le plongeon concerne aussi bien la programmation, le conseil ou l’installation-maintenance. La montée de la concurrence des petites structures « freelance », la pression exercée par les entreprises étrangères, principalement indiennes, ont conduit à une lutte infernale sur les prix et les marges trinquent. Selon une récente étude réalisée par Precepta sur les stratégies dans les services informatiques, le taux de marge brute des sociétés informatiques réalisant entre 25 et 100 millions de chiffre d’affaires serait ainsi passé de 7 à 3,7% Autre exemple emblématique, le secteur des services comptables de l’audit et du conseil. Au-delà des à-coups, la tendance est à la baisse. C'est le reflet du durcissement des conditions de marché dans le secteur : renforcement de la concurrence intra-sectorielle (avec la multiplication des services en ligne comme les devis par exemple), émergence d'offres low-cost pour les missions comptables, négociations plus rudes avec les clients, généralisation des appels d'offres dans l'audit. Bilan les taux de marge sont écrasés et sont tombés de près de 10% sur la saison 2007-2008, à 8% aujourd’hui, selon l’étude de Precepta sur l'audit et l’expertise comptable. On comprend alors un peu mieux le désarroi des chefs d’entreprise des services : les volumes sont là, ou presque là, mais pas les prix, pas les marges, d’où une précarisation croissante et une impossibilité de facturer les montées en gamme.

 

Alexandre Mirlicourtois, Malaise dans le conseil et les services aux entreprises, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER