Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Orage en vue sur le pouvoir d'achat

Publié le jeudi 6 septembre 2012 . 3 min. 28

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi

Le gouvernement a eu beau multiplier les annonces (coup de pouce au SMIC, encadrement des loyers, revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire et maintenant action sur le prix des carburants), les Français voient venir l’orage de la baisse du  pouvoir d’achat. Et ils ont raison. Le chômage d’abord. De l’aveu même du ministre du Travail, le seuil symbolique des 3 millions de chômeurs a été franchi en août. Et inutile de s’interroger sur le taux de 10% de chômeurs… ce chiffre est déjà dépassé. Ce qui a bien sûr des conséquences sur les revenus de ceux qui perdent leurs emplois : 1- car les indemnités couvrent partiellement les revenus perdus. 2- car les indemnités s’épuisent au fil du temps. Mais les conséquences sont aussi indirectes. Les craintes sur l’emploi pèsent sur l’évolution des salaires. Alors, à la question fondamentale « le chômage va-t-il encore beaucoup augmenter ? », la réponse est oui. A court terme, on voit mal comment la courbe pourrait s’inverser. Pour cela, il faudrait de la croissance, et de la croissance nous n’en avons plus. La barre des 11% de chômeurs serait franchie à la mi-2013 selon notre scénario. 11% c’est un niveau inégalé depuis la fin 1997. La baisse des revenus va donc se poursuivre, c’est inévitable. Et elle sera d’autant plus gênante que la barque fiscale va s’alourdir. L’obstination du gouvernement à respecter le calendrier de réduction des déficits publics (4,5% du PIB cette année, 3% l’année prochaine et retour à l’équilibre en 2017) ne laisse aucun espoir sur l’orientation de la future politique fiscale : l’heure est à de nouvelles ponctions. Après la suppression des exonérations fiscales sur les heures supplémentaires le 1er septembre, de nouvelles mesures seront annoncées à la fin du mois. Et il ne faut pas se faire d’illusions. Ni la réforme de l’ISF ni la taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d’euros ne suffiront à résoudre l’équation budgétaire. Les classes moyennes ne pourront pas être épargnées par le tour de vis fiscal. Côté prix, ce n’est pas mieux. Depuis maintenant plus d’un an, l’inflation est supérieure ou campe près de 2%. Et vu la dynamique des prix dans l’énergie et les produits agricoles, un retour durable sous ces 2% n’est pas d’actualité. Que l’on prenne le problème par le numérateur c'est-à-dire les ressources ou par le dénominateur c'est-à-dire les prix, le constat est toujours le même. Le pouvoir d’achat par unité de consommation, une mesure proche du ressenti des Français car elle tient compte de la composition des ménages et de l'évolution démographique, reculera en 2012. Il reculera de 1,2% selon notre prévision. Avec un tel scénario, les Français ne pourront pas consommer plus. Certains même devront consommer moins ou autrement. Pour les industriels et les distributeurs de produits de grande consommation, c’est donc le branle-bas de combat pour adapter sa gamme de produits avec une offre à prix plus bas, réduire ses coûts où se préparer à la guerre des parts de marché. Tout cela n’est pas bon pour les marges, et donc pas bon pour l’emploi.  Ces vingt dernières années, les gouvernements successifs de droite comme de gauche ont conforté un modèle de croissance soutenu par la consommation. L’impasse est désormais totale et c’est désormais l’heure de la purge. Reste à savoir les intentions exactes du gouvernement pour se faire une idée de durée et la dureté du traitement pour changer de modèle de croissance.

Alexandre Mirlicourtois, Orage en vue sur le pouvoir d’achat, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER