La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Une récession pour rien
https://player.vimeo.com/video/122378993?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Une-recession-pour-rien-1613.jpg
16/05/201303:27

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

En voulant ménager la chèvre et le chou, le gouvernement a perdu sur tous les tableaux. L’austérité light n’a servi à rien : ni à rétablir l’équilibre des finances publiques ni à retrouver la compétitivité ni à préserver le pouvoir d’achat et l’emploi. Le couperet est en effet tombé : la France est en récession et vient d’enchaîner deux trimestres consécutifs de baisse, avec un recul de 0,2% du PIB au 1er trimestre. Mais ce n’est même pas le plus grave. Le détail des chiffres montre clairement les défaillances de l’économie française. Il y d’abord les investissements des entreprises qui plongent pour le 5ème trimestre consécutif. Un investissement dans le rouge qui révèle à la fois l’absence de perspectives mais aussi l’écrasement des marges des entreprises. Fin 2012 ces marges étaient tombées à leur plus bas niveau depuis 1985. Dans ces conditions, difficile de rester compétitif avec des équipements vieillissants et un coût du travail trop élevé. Le résultat se paie cash, comme le révèle notre contre-performance à l’extérieur.. Non seulement, nos exportations ont reculé de 0,5% mais nos importations ont augmenté de 0,1%, alors même que la demande intérieure, c’est un comble, reculait ! La conclusion est implacable : nos entreprises perdent non seulement des parts de marché à l’international mais cèdent aussi du terrain à l’intérieur. Dans ce contexte, il n’est guère surprenant que le marché du travail soit bloqué. La montée du chômage est inexorable : on devrait s’approcher de 12% de la population active fin 2013 selon les prévisions de Xerfi. D’ailleurs, les ménages broient du noir. Certes, le recul de la consommation n’est que de 0,1% en début d’année. Mais attention, cette résistance doit pour beaucoup au rebond des dépenses exceptionnelles et désagréables d’énergie conséquence d’un hiver particulièrement rude. Et soyons réalistes, la priorité des ménages, c’est d’épargner, pas de dépenser. C’est bien ce que montre l'écart entre l'opportunité d'épargner et celle de faire des achats qui ne cesse de se creuser pour s'installer à un niveau inédit depuis 1972. Alors bien sûr, la sortie de crise sur laquelle mise le gouvernement viendra tôt ou tard. Certainement pas en 2013 selon notre scénario qui prévoit une baisse de 0,5% du PIB. Probablement en 2014, avec un tout petit (+0,3%). Pour la suite, soyons réalistes : le délitement de notre tissu productif et les pressions sur le pouvoir d’achat ne permettront pas de dépasser 0,5% en moyenne pour les années à venir, c’est désormais notre croissance potentielle. Après les erreurs du précédent quinquennat, cette première année ne prépare pas le rebond. Le virage décisif pour mener enfin les réformes indispensables se fait attendre. Il y a des récessions utiles, celles qui s’inscrivent dans une stratégie pour réparer les erreurs du passé et préparer le rebond. Mais il y a aussi, hélas, des récessions pour rien.

Alexandre Mirlicourtois, Une récession pour rien, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Prévision et conjoncture

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier