Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Vacances : l'hôtellerie en état d'urgence

Publié le lundi 29 juin 2015 . 3 min. 51

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

L’hôtellerie fait aujourd’hui l’objet d’une attention toute particulière de la part du gouvernement. D’abord, c’est Laurent Fabius qui annonce le 11 juin la création d’un fonds d’investissement pour aider les hôteliers à rénover leurs établissements. Une semaine plus tard, c’est l’adoption de la loi Macron qui, entre autres, supprime la clause de parité tarifaire qui obligeait les hôteliers à proposer les mêmes prix sur tous leurs canaux de réservation, y compris sur leur propre site. C’était une revendication forte du patronat hôtelier Beaucoup de sollicitude, car il y a urgence. Cette courbe sur le risque de défaillance dans la profession suffit pour comprendre l’ampleur du malaise. La trajectoire de notre indicateur, Xerfi-Risk sur l’hôtellerie est en hausse quasi constante depuis la mi-2008. En forçant un peu le trait, le risque de défaillance est passé de faible (voire quasi-inexistant) à élevé selon notre classification. Mais comment pourrait-il en être autrement : le nombre de nuitées qui était bien installé au-dessus des 200 millions en cumul sur 12 mois a brutalement décroché jusqu’à l’automne dernier et la remontée depuis est très poussive. Au cœur de ces difficultés : le contexte économique très défavorable. En temps de crise, les ménages chassent le futile pour se concentrer sur l’utile. Conséquence : Les Français sont moins nombreux à partir en vacances et le taux de départ a reculé de 3,5 points entre 2009 et 2014. Et pour concilier vacances et contraintes financières quand ils partent, c’est moins longtemps  et dans les formes d’hébergement les moins coûteuses. Et ce qui vaut pour les Français vaut également pour les touristes étrangers. Autre point noir, avec la crise, les entreprises ont taillé dans le poste « voyages d’affaires » : baisse de la fréquence des déplacements, préférence pour les allers-retours dans la journée, développement des réunions virtuelles grâce à la visio-conférence. A ces facteurs économiques sont venues s’ajouter des modifications radicales dans l’exercice du métier avec l’omniprésence des plateformes de réservations en lignes comme Booking.com ou Expedia. L’impact est double. Sur les prix d’abord car cela met en concurrence des hôteliers partout en France et par extension, partout dans la monde. Ces plateformes ont procuré aux clients un moyen de pression inédit. Le résultat est là, les prix qui progressaient de 3,8% par an entre 2000 et 2012, n’ont pas bougé depuis. Bien sûr, ils ne sont pas les seuls à souffrir avec une inflation générale qui fait du rase-motte. Mais le coup est d’autant plus rude que les plateformes prennent une commission très élevée sur le chiffre d’affaires généré (entre 10% et 25%), captant ainsi une partie de la marge des hôteliers. Des hôteliers dont les résultats fondent. De 9% en 2011, le ratio résultat courant avant impôt/chiffre d’affaires est tombé à 7,6% trois ans plus tard. Dernier élément, l’essor de modes d’hébergement alternatifs tels que la location d’appartements entre particuliers favorisé aussi par l’émergence de plateformes en ligne comme Abritel ou Airbnb. La saison estivale s’ouvre donc sur un secteur hôtelier à bout de souffle mais qui entrevoit le bout du tunnel. La conjoncture s’améliore, les professionnels ont l’oreille attentive des pouvoirs publics. Et surtout, la riposte s’organise face aux nouveaux intervenants. Une première offensive a été menée par Accor qui a ouvert sa propre plateforme de réservation en ligne réservée aux hôteliers indépendants et ce site a bien pour vocation de contrer les sites de réservation comme Booking.com et de casser les tarifs de l’intermédiation.

 

Alexandre Mirlicourtois, Vacances : l'hôtellerie en état d'urgence, une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER