La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Le point des indicateurs de...
https://player.vimeo.com/video/124045584?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Le-point-des-indicateurs-de-conjoncture-au-1er-trimestre-3417.jpg
09/03/201503:54

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

Ce début d’année est bon, ou disons, meilleur que prévu, pour l’économie française  C’est ce qui nous a poussé à relever notre prévision de croissance pour le 1er trimestre à 0,4%. Cet optimisme s’appuie d’abord sur l’analyse de notre environnement extérieur. Quatre chocs positifs, que nous avions certes déjà en tête, mais dont l’ampleur et la pérennité se confirment au fil des mois. 1- la baisse du prix des matières premières et de l’énergie avec en vedette un baril dont le cours a encore perdu 28 % entre le T4 2014 et le T1 2015. 2- La glissade confirmée de 9% de l’euro face au dollar sur la même période. 3- L’accélération de la zone euro. Un indice, l’évolution de l’indicateur du climat économique qui rend compte à la fois de la confiance des chefs d’entreprise et des ménages. En hausse en février pour le 2ème mois consécutif, il se situe au dessus de sa moyenne de long terme. 4ème élément. La vigueur des économies américaines et britanniques. Ce sont donc immédiatement 60% de débouchés extérieurs français qui sont porteurs. Ce tableau est certes un peu terni par les difficultés des BRIC. Premier constat : notre environnement international est positif et très favorable à la croissance. Et bien le contexte financier l’est encore plus Pour les entreprises notamment, la baisse des taux d’intérêt se poursuit. En janvier dernier, pour les crédits de montants supérieurs à 1 million d’euros, ils sont tombés à 1,57%. Pour ceux de montants inférieurs ils descendent à 2,33%. C’est historique dans les deux cas. Des taux bas qui facilitent le financement des projets porteurs et simplifient surtout la gestion quotidienne. L’environnement est donc propice à l’industrie La courroie naturelle de transmission du dynamisme extérieur passe par les exportations. Des taux bas favorisent l’investissement. Trois constats majeurs ressortent des données de l’INSEE. 1- Même si elle est encore timide, une tendance est à la reprise de la production manufacturière s’esquisse. 2- les perspectives personnelles de production sont en hausse. Alors certes, la corrélation n’est pas parfaite. Mais le sens est bien celui d’une poursuite de la hausse. 3ème constat, l’indicateur de révision des investissements augmente à nouveau. Or cet indicateur est le mieux corrélé avec la variation trimestrielle de l’investissement. Il indique un rebond à venir. Sans verser dans une euphorie trop précoce, le 1er trimestre s’annonce positif dans l’industrie. et plus encore dans le commerce de détail. La cagnotte constituée au quotidien par la baisse du prix de l’énergie se retrouve en partie dans la consommation : son bond est spectaculaire et l’acquis de croissance fin janvier a été propulsé à 1,7 points ce qui assure d’ores et déjà un 1er trimestre solide. Tout n’est cependant pas débloqué. Dans les services, le climat des affaires est sans tendance réelle depuis 1 an, et s’écarte même un peu de sa moyenne de long terme. C’est toutefois le BTP qui plombe le plus l’ambiance. Les travaux publics sont dans le rouge et le bâtiment ne cesse de s’enfoncer dans une crise profonde. Le message envoyé par les entrepreneurs est clair, c’est la bérézina. Seule lueur le point bas est certainement passé. Bilan d’étape au 1er trimestre : le vert l’emporte et c’est bien pourquoi notre prévision est à la hausse et l’élan retrouvé pousse aussi notre prévision pour le 2nd trimestre. C’est suffisant pour porter l’acquis de croissance à 0,8 point à la fin du 1er semestre. C’est assez pour accrocher plus de 1% de croissance en moyenne sur l’année.

 

 

Alexandre Mirlicourtois, Le point des indicateurs de conjoncture au 1er trimestre, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Prévision et conjonctureEntreprisesRepriseCroissanceMénagesFrance

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier