La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Prévisions Prévisions 2013-2014 Une...
https://player.vimeo.com/video/122364131?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Une-croissance-mondiale-reequilibree-par-le-bas-1337.jpg
26/11/201203:05
Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur d'études de xerfi

Plongeon du Japon, récession dans la zone euro, décélération de la Chine, la croissance mondiale flanche. Et c'est un fait, au 3ème trimestre le rythme annuel de croissance du PIB a été divisé par plus de deux depuis début janvier. Le mouvement est général avec des nuances d'une région à l'autre. L'épicentre des difficultés est en Europe, et en particulier dans la zone euro avec l'échec des stratégies de consolidation budgétaire. L'assainissement accéléré des comptes publics a cassé le peu de croissance qui restait. Et les demandes domestiques sont écrasées au Sud, sans que le Nord prenne le relais. Avec la poursuite du désendettement du secteur privé et de la consolidation budgétaire, les facteurs récessifs joueront encore à plein en 2013. 2013, une nouvelle année de récession, reportant à 2014 une reprise qui s'annonce bien fragile. Hélas, la zone euro a été rejointe par le Japon. Et sa panne est durable. Bloquées à l'intérieur par une faible demande domestique, les entreprises japonaises ne s'imposent plus à l'extérieur. La preuve ? Le solde commercial de l'archipel est dans le rouge depuis bientôt 20 mois. Et l'ampleur du déficit est telle que les revenus tirés des placements à l'étranger ne peuvent plus le couvrir. Résultat, la balance courante est devenue négative. Une grande première depuis novembre 1982. Aux Etats-Unis, la croissance reste encore assez soutenue. Sauf que le nouveau gouvernement va devoir gérer la falaise budgétaire, c'est-à-dire la combinaison d'une brutale réduction des dépenses publiques et de la fin des abattements fiscaux introduits par l'administration Bush. Le choc potentiel sur 2013 est de 607 milliards de dollars, soit 4% du PIB. Un coût qui sera amorti. Selon notre scénario, la reprise américaine sera poussive. Comme les Etats-Unis font cavaliers seuls, c'est évidemment insuffisant pour changer radicalement la donne des pays de l'OCDE. Des pays dont le rythme de croissance campera sous sa performance moyenne de 2000 à 2010. Pour rebondir, les pays émergents ne pourront donc compter que sur eux-mêmes. Seul problème ? Leurs modèles de croissance s'épuisent. Bloqués à l'international par le manque de dynamisme des économies avancées, ils sont face à une demande domestique bien souvent atrophiée. Une demande domestique qui ne compense donc pas le ralentissement des exportations. C'est bien ce que montre leur dynamique de croissance tombée à moins de 4% contre plus de 8% voilà à, peine plus de 2 ans. D'ailleurs, nous anticipons une croissance de 4,4% seulement en 2012 et un compteur bloqué à 5,1% en 2013 comme en 2014. Pour toutes ces raisons, la croissance mondiale ne dépassera pas 2,5% cette année comme en 2013 avant de se hisser à 3% en 2014. 3%, c'est en dessous des niveaux standards des années 2000.

Alexandre Mirlicourtois, Une croissance mondiale rééquilibrée par le bas, une vidéo Xerfi Canal

En savoir plus

Mots clés : EconomieEconomie mondiale

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier