Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Quels sont les segments d’activité de la deeptech en France qui offrent les meilleures perspectives en matière d’industrialisation et d’internationalisation ? C’est l’une des nombreuses questions auxquelles répond la nouvelle étude de la collection Focus de Xerfi sur les deeptech. Les deeptech sont des start-up qui transforment des travaux de recherche privée ou publique en produits ou services marchands à haute valeur ajoutée. Ce concept s’étend à de nombreux secteurs tels que l’énergie, la chimie, les transports, la santé et le numérique. En 2023, l’écosystème deeptech en France a levé des capitaux record, particulièrement les start-up de la greentech et de l’intelligence artificielle générative. Les investissements de Bpifrance, au travers de son Plan Deeptech, ont à ce titre joué un rôle crucial en réduisant les risques pour les investisseurs privés, ce qui a permis aux start-up de la deeptech de lever 4,2 milliards d'euros. Un niveau élevé qui résulte également de levées de fonds spectaculaires comme celles de Verkor spécialisée dans les batteries et de Mistral AI dans l’intelligence artificielle générative.


Selon nos experts, trois grands défis se posent aux acteurs de la deeptech et aux investisseurs pour hisser la deeptech française aux premiers rangs mondiaux :


• D’abord le soutien public s’avère indispensable face à la durée de développement et aux coûts d’industrialisation élevés, souvent dissuasifs pour les investisseurs privés. Les deeptech ont néanmoins réussi à susciter leur intérêt depuis 2 ans malgré les difficultés de financement des start-up. Un intérêt lié au fait que ces start-up se focalisent sur des enjeux structurels tels que la transition énergétique et écologique, l’intelligence artificielle ou le new space.
• Le secteur doit aussi accélérer les synergies entre la recherche publique et le monde entrepreneurial. La création de pôles d’innovation universitaires et d’associations interprofessionnelles comme celle créée récemment stimulera le tissu économique de deeptech en France.
• Sur le plan européen, des efforts de coordination sont essentiels pour empêcher la fuite des projets vers des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou la Chine. Citons l’exemple de la Banque européenne d’investissement qui a financé la construction de la gigafactory de Verkor.


Au-delà de l’analyse des tendances et défis à relever dans le secteur, cette étude dresse une cartographie détaillée des principales start-up de la deeptech à travers plusieurs classements qui mettent en lumière les différentes valorisations, les montants levés et les leaders sectoriels. Ce rapport livre également des prévisions sur les levées de fonds de ces start-up d’ici 2026.


Pour des informations plus complètes sur cette analyse, vous pouvez télécharger le document de présentation qui se trouve à côté de la vidéo.


Publié le vendredi 14 juin 2024 . 3 min. 37

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :