Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

L’Accord de Paris, adopté en 2015, dans le cadre de la COP21, a fixé l’objectif de maintenir l’élévation de la température globale au-dessous de 2° C par rapport aux niveaux préindustriels, et de préférence sans dépasser +1,5 °C ; en reconnaissant que cela réduirait considérablement les impacts du changement climatique. Tous les 5 ans, un bilan mondial doit être établi et les pays doivent communiquer leur contribution au niveau national.

Pour espérer atteindre l’objectif fixé par l’Accord de Paris, il est nécessaire d’opérer des changements systémiques. La décarbonation de l'industrie fait partie des enjeux pour atteindre cet objectif.

Il est donc intéressant de faire un tour d’horizon des différentes stratégies adoptées dans le monde pour réduire leurs émissions de carbone de l’industrie, sans prétendre être exhaustif.

1er levier, celui de l’efficacité énergétique qui inclut l'optimisation des procédés industriels, la mise en place de technologies plus efficaces et la réduction des pertes d'énergie.
- En la matière, l’Union européenne promeut l'efficacité énergétique par le biais de sa directive du même nom et divers programmes de financement. Cette directive impose aux États membres de fixer des objectifs nationaux d’efficacité énergétique. Elle comprend des mesures spécifiques pour les industries, comme les audits énergétiques obligatoires et les systèmes de gestion de l'énergie.
- Au Japon, la loi sur la rationalisation de l'utilisation de l’énergie impose des audits énergétiques et l’élaboration de plans d’efficacité énergétique pour les grandes entreprises industrielles.
- Le Royaume-Uni offre des réductions de taxe pour les entreprises qui acceptent de réduire leur intensité énergétique par rapport à des objectifs convenus dans le cadre des Climate Change Agreements

2ème levier, celui de l’électrification avec le remplacement des combustibles fossiles par une source d’énergie bas carbone.
- Aux Etats-Unis, l’Advanced Manufacturing Office (AMO) finance des projets de recherche et développement visant à électrifier les processus industriels
- La Chine a inclus dans son 14ème plan quinquennal des objectifs spécifiques pour augmenter la part de l'électricité dans la consommation énergétique industrielle, avec des subventions et des financements pour les technologies d'électrification

Pour accompagner l’électrification des procédés industriels, les États soutiennent également le développement de sources d’énergies renouvelables (solaire et éolien).

En parallèle de l’électrification, l’hydrogène est également perçu comme une solution pour décarboner les processus industriels à la condition qu’il soit produit à partir d’électricité bas carbone. Nombreux sont les pays qui se sont dotés d’une stratégie en la matière :
- L’Allemagne a défini la stratégie nationale pour l'hydrogène en 2020 et prévoit d'investir 9 milliards d'euros pour devenir un leader mondial de l'hydrogène vert
- La France a également défini un plan en 2020 et prévoit d’allouer 7,2 milliards d'euros d'ici 2030 pour développer l'hydrogène vert, avec des priorités sur la décarbonation de l'industrie et de la mobilité lourde
- La Corée du Sud a défini sa « Hydrogen Economy Roadmap » en 2019 avec pour but de devenir un leader mondial de l'hydrogène d'ici 2040

3ème pilier, celui de la capture et stockage du carbone où la majorité des pays ont également défini une stratégie. Par exemple, la Norvège a développé le projet Northern Lights qui vise à capturer le CO2 émis par des installations industrielles, à le transporter par navire et à le stocker sous la mer du Nord.

4ème pilier, celui de la réutilisation de matières premières recyclées et plus largement de l’économie circulaire avec par exemple la Plastic Packaging Tax introduite au Royaume-Uni en 2022 ou le Buy Recycled Program initié par l'Environmental Protection Agency (EPA) aux États-Unis pour encourager les achats de produits contenant des matériaux recyclés par les agences fédérales.

L’économie circulaire apparaît comme un levier puissant de réduction des émissions, mais qui restent à ce jour sous-exploité dans le cadre des politiques publiques pour soutenir la décarbonation de l’industrie.

La sobriété pourrait être le 5ème pilier des politiques publiques pour soutenir la décarbonation de l’industrie, néanmoins, il est un levier assez rarement exploré alors qu’il est certainement un des plus massifs et prioritaires pour réduire l’empreinte environnementale des activités humaines. Ce paradoxe s’explique certainement par le fait qu’il pose des questions sur le modèle économique des entreprises.

Des efforts sont faits pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris, mais nous devons aller plus vite et surtout questionner plus frontalement nos modèles de développement.



Publié le lundi 24 juin 2024 . 4 min. 48

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :