La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés Les défis de l'intelligence...
https://player.vimeo.com/video/317428395?autoplay=1 Cathy-Alegria-Les-defis-de-l-intelligence-artificielle-et-des-nouvelles-technologies-dans-l-agriculture-306345289.jpg
25/03/201903:11

Les technologies de big data et les algorithmes de machine et deep learning bouleversent le monde agricole selon la dernière étude Xerfi France. En effet, l’agriculture de précision a pour objectif d’augmenter la productivité des exploitations, tout en limitant l’apport en intrants et la pénibilité du travail. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle permet de développer des équipements intelligents et d’améliorer les outils d’aide à la décision en tirant parti de la multiplication des données collectées à travers différentes sources : capteurs embarqués, logiciels de gestion parcellaire, stations météo, satellites, robots, etc. Pour le moment, aucun acteur ne semble en mesure d’établir une position hégémonique dans l’agriculture de précision. L’intensité capitalistique, la diversité des données à intégrer et les compétences nécessaires sont trop vastes et importantes pour qu’une seule entreprise puisse maîtriser l’ensemble de la chaîne de valeur. Du coup, les fabricants historiques de machines et d’intrants se voient obliger de coopérer, à l’image de John Deere avec Airbus pour optimiser la fertilisation azotée du blé. Des stratégies d’alliance qui conduisent à une complexification du jeu concurrentiel.


La France, grand pays agricole, ne compte pourtant aucun leader mondial de l’agroéquipement ou des intrants, même si certains acteurs étrangers tels que Claas ou Kubota sont bien implantés industriellement sur le territoire. La France ne compte pas plus de géants de l’informatique. Par ailleurs, la transformation du métier d’agriculteur ne va pas de soi et les robots peuvent rencontrer l’hostilité d’une partie du monde agricole, à l’image de l’action menée par la filière Comté, sous la coupe du Comité interprofessionnel de gestion du Comté. Ce dernier a obtenu un succès décisif avec la publication d’un décret de l'Union européenne, le 1er juin 2018, confirmant l'interdiction du robot de traite pour l’AOP Comté. Cette décision valide la volonté de préserver le caractère artisanal et le savoir-faire traditionnel de la filière.


Pourtant, l’Hexagone ne manque pas d’atouts. Et face aux géants mondiaux, la filière française se structure autour de laboratoires de recherche comme l’Inra, d’instituts techniques comme Arvalis, de PME à l’image de Jeantil ou de start-up à l’instar d’ITK. Les coopératives et négoces agricoles comme InVivo ou Terrena ont pour leur part un rôle clé à jouer pour diffuser les nouvelles technologies. La structuration de l’offre est d’autant plus indispensable que la demande existe en France et que les robots commencent à se répandre dans les exploitations agricoles. Les craintes des opposants concernant une dépendance aux GAFAM et consorts évoquent en creux les questionnements des agriculteurs quant à l’évolution de leur métier. Des craintes qui mettent en lumière la nécessité d’un vrai travail d’évangélisation du marché de la part des fournisseurs pour séduire au-delà de la frange des agriculteurs technophiles.


En savoir plus

Mots clés : Mutation digitaleIAAProductivitéTechnologieDonnéesAgricultureIA

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier