La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Croissance : la France à la...
https://player.vimeo.com/video/287073564?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-AMI-Croissance-La-France-a-la-traine-de-l-Europe-7916.jpg
06/09/201803:51

Depuis quatre ans la croissance de la France est devenue plus faible que celle du reste de la zone euro. L’écart se creuse et le déficit de croissance peut être estimé à environ 65 milliards d’euros sur la période, l’équivalent de trois points de PIB. C’est autant d’emplois qui ne se créent pas et c’est en parti pourquoi le taux de chômage diminue plus lentement en France qu’ailleurs. C’est aussi 30 milliards d’euros de rentrées fiscales et sociales en moins et c’est bien pourquoi les finances publiques s’améliorent plus lentement ici qu’ailleurs et complique l’équation budgétaire.

 

Une histoire de calendrier

 
Et ce n’est pas fini. Les perspectives de croissance établies par la Commission européenne placent la France un cran en dessous du reste de la zone euro aussi bien en 2018 qu’en 2019 avec un écart qui se maintien ou presque, renvoyant ainsi l’image d’une France définitivement à la traine de l’Europe. Ce diagnostic, il faut en parti le nuancer par le point de départ de l’analyse. Si la France fait moins bien aujourd’hui que ses principaux partenaires, c’est qu’elle avait fait mieux avant : malgré la pire récession depuis la seconde guerre mondiale et une crise à rechutes, le PIB de la France s’est élevé de 2,2% entre 2008 et 2013. C’est peu, mais c’est beaucoup plus que pour le reste de la zone euro, qui à contre-sens, a reculé de 3%. En d’autres termes, l’écart de performance actuel doit pour beaucoup à l’écart de performance passé. En allongeant l’échelle du temps, c’est-à-dire en partant de 2008, la France fait mieux que ses partenaires de la zone euro avec un PIB en hausse de près de 8% sur la période contre 5,3%. Il y a donc bel et bien un effet rattrapage pour certains pays qui booste leurs résultats donnant l’illusion d’une France plus en retard qu’elle ne l’est.

 

Des problèmes d’offre

 
Mais il ne faut pas se voiler la face, le décrochage relatif de l’économie française ne se limite pas à une histoire de calendrier. Plus inquiétant, le handicap de croissance de la France par rapport aux autres pays de la zone euro s’explique aussi par des problèmes d’offre qui limitent la production alors même que la demande reste assez robuste avec, et c’est récurrent, un problème de coûts de production compte tenu du niveau de gamme du made in France. En clair les prix sont trop élevés au vu de la qualité des produits. Le commerce extérieur ne remonte pas la pente, alors même que les principaux partenaires commerciaux de la France ont renoué avec la croissance, ce qui devrait favoriser les débouchés pour les industries résidentes. En d’autres termes, notre déficit à un fort contenu structurel. Problème également de formation de la population active qui explique en partie les difficultés d’embauches dans certains secteurs malgré un taux de chômage encore élevé. Mais défaut aussi d’investissement non pas dans son intensité, mais dans son contenu : le stock de robots industriels rapporté à l’emploi manufacturier est ainsi plus faible en France que dans le reste de la zone euro.

 
Des erreurs de pilotage budgétaire

 
Bref, l’économie française se heurte aussi à des freins structurels auxquels s’ajoutent désormais, il faut bien l’admettre, des erreurs de pilotage budgétaire. Pour financer ses mesures en faveur du patrimoine le gouvernement a clairement arbitré en défaveur du pouvoir d’achat des bas et moyens revenus : la hausse de la CSG a pesé pleinement et sans compensation sur les retraités, dès le début de l’année. Quant aux salariés, censés être privilégiés, ils sont soumis en fait à des chocs contradictoires entre la baisse étalée des cotisations et de la taxe d’habitation, l’alourdissement de la fiscalité indirecte, auxquels s’ajoutent le reflux des emplois aidés, la baisse des APL, le gel du point de la fonction publique… In fine, le gouvernement a simplement cassé l’élan de la consommation, et cela ne cessera pas en 2019 compte tenu des nouvelles annonces. De surcroît, avec la retenue à la source, le gouvernement crée une nouvelle incertitude et de nouveaux comportements de précautions de la part des ménages. La France est à la traine de l’Europe, mais ce qui n’était qu’un simple petit retard à l’allumage devient de plus en plus préoccupant au risque de transformer la France en boulet de la zone euro.


Mots clés : Economie françaisePrévision et conjoncturePolitique économiqueZone euroPIBCroissanceFranceEurope

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier