La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Libre propos Priorité à la R&D sur la...
24/05/201205:41

Xerfi Canal a reçu Franck Barnu, journaliste indépendant et consultant dans le domaine de l'innovation et des technologies.

Faut-il vraiment s’épuiser à faire de la R&D ? On peut se poser la question lorsque l'on constate que bien des technologies nées en Europe ou aux Etats-Unis ne profitent pas leurs auteurs. Ce sont la Chine par exemple ou le Japon qui les transforment en produits et en tirent tout le bénéfice. Ce fut le cas pour les  écrans plats, le photovoltaïque,  les batteries lithium-ion… Les exemples ne manquent pas et c’est frustrant. 

Alors bien sûr, la réponse n’est pas de laisser tomber la R&D. Mais d’en faire davantage. Davantage c'est-à-dire de ne plus se limiter à la recherche sur les technologies, mais de booster également un autre forme de recherche celle sur les outils de production. Une R&D qui assurera que les produits nouveaux issus des nouvelles technologies seront fabriqués par ceux qui ont mis au point ces technologies. Que les usines du futur seront là où les produits du futur ont été imaginés. 

Les Etats –unis et l’Europe redécouvrent cette réalité après avoir négligé le sujet depuis des lustres.  La R&D sur les systèmes de production avancés sur l’advanced manufacturing revient au premier plan et c’est tant mieux.

Pourquoi cette R&D est elle indispensable ? Parce que les produits fondamentalement nouveaux issus des nouvelles technologies –pensez à la pile à combustibles, à la voiture en composites aux médicaments ou carburants produits pas les biotech -  nécessitent des usines et des procédés d’un type nouveau pour les produire. Et pour que ces usines existent il faut:
-Un : Des « lignes pilotes » qui valident les prototypes et leurs moyens de production 
-Deux : mettre au point des systèmes de production spécifiques pour la fabrication de masse. On ne fabrique pas les produits de demain avec les outils d’hier. La voiture en composites par exemple mettra en œuvre des process radicalement différents de ceux utilisés pour la voiture en acier et il faut les inventer.

Dans ce schéma, les lignes pilotes jouent un rôle crucial. Car là ou elles sont installées s’installeront très probablement les usines. On en a eu l’exemple avec les écrans plats. Inventés en Europe et aux Etats-Unis leur production a été trustée par le japon. Pourquoi ? Il a le premier mis au point ces lignes pilotes  puis dans le foulée inventé les procédés de fabrication de masse. 

Le problème est que mettre au point ces outils nécessite des investissements considérables. Le coût de la R&D  sur les lignes pilotes est de 5 à 10 fois plus élevées que celui de la R&D sur les technologies. Elle est donc très risquée pour les entreprises. Résultat, sans un important financement public pas de ligne pilote, pas d’outils de production de masse, pas d’usine et donc… pas de produits. Vous pouvez mettre au point les technologies les plus avancées qui puissent s’imaginer vous n’en tirerez aucun profit.  

La prise de conscience de l’importance de cette R&D s’est faite simultanément aux Etats-Unis et en Europe. Aux US les experts qui conseillent le président américain sur les questions de s et T a publié en juin dernier un rapport sur le sujet. Il conseille à l’état de consacrer 500 millions de dollars par an à la R&D publique sur l’Advanced manufacturing et de porter rapidement cette somme à 1 milliard de dollars par an. 

Au même moment sortait en Europe le rapport d’un « groupe d’experts haut niveau »  présidé par Jean Therme le patron du CEA. Chargé par la Commission européenne de définir les technologies clés pour le futur, il insistait lui aussi fortement sur la nécessité d’un financement public de la recherche sur les outils de production. 

De façon imagée il soulignait que pour franchir la vallée de la mort qui sépare l’idée des produits il faut jeter un pont qui repose sur trois piliers:
-Les technologies de base
-Les lignes pilotes
-Les outils de production avancés

Aux Etats-Unis, le président Obama s’est déjà saisi du problème. Il a notamment créé des structures communes aux départements de la défense, du commerce et de l’énergie pour travailler sur le sujet. Mieux il vient de proposer la création d’un réseau de 15 instituts dédiés l’advanced manufacturing. Un programme d’un milliard de dollars pour la seule année 2013.

En Europe, la Commission européenne a également pris en compte le sujet. Elle a suivi les recommandations des experts de haut niveau. La R&D sur la production avancée sera financée dans le prochain programme cadre Horizon 2020, qui débute en 2014. Espérons qu’en France, les décisions qui seront prises à propos du financement de la recherche n’omettront pas d’accorder la place qui lui revient à cette R&D de toute première importance.

 

Franck Barnu, Priorité à la R&D sur la production avancée, une vidéo Xerfi Canal



En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier