Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Banque de détail : recul historique du CA

Publié le lundi 1 octobre 2012 . 3 min. 41

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse de Jean-Baptiste Bellon, directeur de Trapeza et conseiller auprès de Xerfi

C’est la deuxième fois qu’il baisse, après fin 2011 c’est début 2012, il, c’est le chiffre d’affaires des banque de détail en France Il faut remonter loin pour retrouver pareille évolution, au siècle dernier sûrement,… mais pas de chance ces chiffres ne sont fournis par les banques que depuis une dizaine d’année. Au premier semestre les revenus baissent de 0.6% sur 8 groupes qui font l’essentiel du marché, la baisse avait déjà été de 0.8% au second semestre de 2011. Pourquoi cette faiblesse alors que sur les 10 dernières années les banque de réseaux avait affiché une croissance plus ou moins calée sur celle de l’économie (en gros elle avait suivi le PIB nominal) ? La réponse à cette question n’est pas anecdotique, c’est une activité qui occupe une place importante en France. La banque des agences (plus de 30 000 en France), des conseillers clientèle (près de 200 000 personnes dans les réseaux), des dab et gab, réalise un CA de plus de 60Mds€.  
Si ça baisse c’est d’abord la faute à la bourse, la finance flanche et les commissions dites financières reculent nettement depuis 1 an, il s’agit des ordres de bourses, mais aussi des fonds de placements et de la gestion des actifs financiers. Même le chouchou des ménages un peu aisés, l’assurance vie s’essouffle. L’argent sort un peu des contrats, 1% c’est peu, mais auparavant le flux était dans l’autre sens. La deuxième raison est plus fondamentale et plus profonde, le régime des commissions liées aux paiements a été revu de fonds en comble. Et les paiements c’est presque 1/3 du CA de la banque de détail. Là c’est l’autorité de la concurrence qui est le meneur de jeu. A partir de 2010, cet organisme a pris des décisions sur tous les moyens de paiements, les chèques, les cartes, les TIP, les virements…, pour réduire les frais. Soit les banques acceptaient une négociation avec à la clef des baisses de prix de 25% à 35%, soit l’autorité de la concurrence décidait d’une amende plutôt salée. Les banques se sont bien défendues et elles ont même mis l’autorité en corner sur les chèques, l’amende de 380M€ a été rejetée par la Cour d’Appel. Mais les banques sont restées trop longtemps assises sur un système où les délais nécessaires aux paiements (il faut quand même vérifier si les comptes sont approvisionnés) entraînaient des coûts car ils étaient longs. Les banques avaient trouvé des règles du jeu qui fixaient les commissions interbancaires. Ces règles étaient justes, elles ne le sont plus, mais comme elles ne sont pas très compréhensibles pour les clients et les commerçants, il a fallu l’intervention d’un arbitre.
En sens inverse les CA ont bénéficiés de volumes positifs car les banques ont plutôt continué à prêter mais le rythme s’est ralenti, on est plutôt à +2% ou +3% maintenant.  
Les banques savent faire face à des baisses temporaires de CA, si cela ne dure pas trop longtemps, par contre si les évolutions sont plus longues et que les revenus doivent baisser de 10% ou 20% (c’est le cas de l’Espagne en ce moment), alors il faut faire des changements plus profonds et remettre en cause le modèle de relation actuelle avec les clients. Même s’il n’est pas sûr que le clic, qui pèse moins de 5% de la brique, démarre très vite, il est certain qu’il progresse.
Les banques vont devoir retravailler leurs modes de relation, c'est impératif dans la période de ralentissement économique actuelle.

Jean-Baptiste Bellon, Banque de détail : recul historique du CA, une vidéo Xerfi Canal



x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER