Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Allemagne : la Chine plutôt que l'Europe

Publié le lundi 3 juin 2013 . 4 min. 13

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse de Jean-Michel Quatrepoint, Journaliste-essayiste

Les intérêts de l'Allemagne sont-ils les mêmes que ceux de ses principaux partenaires européens, à commencer par la France ? À l'évidence, non. L'Allemagne joue son jeu. Elle entend faire en sorte que l'Europe – que ce soient ses partenaires ou les institutions communautaires – ne vienne pas se mettre en travers de sa stratégie. Celle-ci est relativement simple. L'Allemagne est un pays mercantiliste et un pays de vieux. Elle doit exporter, accumuler les excédents commerciaux, pour financer ses retraités d'aujourd'hui et de demain. Et pour continuer à investir dans son outil industriel. Cette stratégie est double. On voit, sur le plan humain, que pour faire face à une pénurie de main d'œuvre qualifiée, elle va attirer les jeunes diplômés de cette Europe du sud en crise. C'est tout le sens de l'initiative qui va être prise avec les gouvernements français, espagnol et autres, de ce fameux Plan jeunes, pour lequel l'Allemagne va condescendre à ce que l'on mobilise quelques ressources financières au niveau européen. On va former des jeunes pour qu'ils viennent s'employer dans les usines allemandes. Sur le plan commercial, voilà déjà quelques années, que l'Allemagne réfléchit au coup d'après. On a voulu croire qu'elle se rallierait à une relance, chez elle comme chez ses partenaires, parce que c'était sur l'Europe, la zone euro, qu'elle réalisait l'essentiel de ces excédents commerciaux. C'était vrai. Ça l'est de moins en moins. Avec réalisme, cynisme diront certains, l'industrie allemande sait qu'elle a fait le plein en Europe. Elle a éliminé, sur ses secteurs de prédilection, la plupart de ses concurrents, pris les parts de marché, et elle ne pourra faire plus en matière d'excédents que ce qu'elle a déjà fait. En revanche, il lui faut accroître ses exportations vers le reste du monde. Et, surtout, réduire son déficit avec la Chine. C'est en bonne voie. L'époque où la France était le premier fournisseur de l'Allemagne n'est plus qu'un lointain souvenir. La Chine est son premier vrai fournisseur, si l'on considère que les Pays-Bas ne sont qu'un sas, par lequel transite une large part du commerce européen, et notamment des produits….made in China. Pour Berlin, l'objectif est donc de réduire son déficit commercial avec Pékin. C'est en bonne voie. Il était de 27 milliards d'euros en 2008. Et il est déjà revenu à 10,7 milliards en 2012. Pour cela, il faut continuer d'offrir au partenaire chinois, qui mène la même stratégie mercantiliste, un marché européen ouvert. C'est tout le sens de cette alliance de fait, cet axe Sino-Allemand que l'on voit émerger. Et ce qui vient de se passer sur les panneaux solaires est hautement symbolique. Pékin a tué la plupart de ses concurrents occidentaux dans ce secteur, en subventionnant ses propres fabricants. Les Américains, mais aussi les Allemands, ont été les victimes de ces pratiques. C'est même une petite entreprise allemande qui est à l'origine de la plainte à Bruxelles. Mais le marché chinois vaut bien une messe et quelques milliards d'exportations de biens d'équipements dont la Chine a besoin pour se développer. Et à Berlin, on a fait finalement une croix sur le photovoltaïque. Les intérêts des 5 000 entreprises allemandes installées en Chine, ceux de l'industrie automobile, de Volkswagen ou de Siemens, sont autrement plus importants. Voilà pourquoi Angela Merkel a sifflé la fin de la partie. Pas question d'ériger des barrières protectionnistes contre les produits chinois. Cette annonce a été faite au moment où Berlin recevait le nouveau Premier ministre chinois. La Commission va faire un baroud d'honneur, mais elle va battre en retraite, puisque c'est désormais l'Allemagne qui commande.

Jean-Michel Quatrepoint, Allemagne : la Chine plutôt que l'Europe, une vidéo Xerfi Canal


Mots clés :

Europe / Zone euro

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER