La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global L'industrie pharmaceutique...
https://player.vimeo.com/video/280892622?autoplay=1 Kathryn-McFarland-CAL-L-industrie-pharmaceutique-mondiale-7884.jpg
04/09/201804:00

Selon la dernière étude Xerfi Global, l’industrie pharmaceutique mondiale a connu une croissance soutenue au cours de la dernière décennie. Croissance qui lui a permis de dépasser la barre des mille milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Et ce secteur continuera d’ailleurs de croître à un rythme annuel moyen d’environ 4% pour dépasser 1 100 milliards d’ici 2020.

 
Pour autant, l’avenir ne s’annonce pas facile pour les acteurs. Leur modèle de croissance se transforme en effet, en passant de la logique historique des produits brevetés à forte marge à celle des médicaments génériques et des marchés émergents. Des marchés émergents qui représentaient à peine 18% des ventes pharmaceutiques mondiales en 2010, mais qui devrait dépasser 31% d’ici 2020. Les raisons sont multiples : hausse des taux de pénétration concernant de nombreux traitements, croissance démographique soutenue, augmentation des dépenses publiques et privées de santé. À cela s’ajoute l’urbanisation croissante qui favorise l’accès aux soins, ainsi qu’une incidence accrue de maladies liées aux modes de vie en milieu urbain, rapprochant sur ce point les pays émergents des pays développés. A l’inverse, la part des marchés historiques dans les dépenses pharmaceutiques mondiales est amenée à reculer, en passant de 82% en 2010 à moins de 70% en 2020. Cette baisse résulte de l’effet combiné de dettes publiques élevées et du vieillissement démographique qui déséquilibre financièrement les systèmes de sécurité sociale qui cherchent alors à comprimer les dépenses de santé. En outre, la vague d’expirations de brevets contribue à accroître mécaniquement la part des médicaments génériques dans ces marchés.

 
Le basculement géographique du marché modifie par ailleurs les règles du jeu. En effet, les économies émergentes offrent certes des opportunités mais posent aussi d’importants défis. Citons les fluctuations économiques, les politiques de santé incertaines, une contribution importante des patients au financement des soins, une concurrence locale plus forte, une protection insuffisante de la propriété intellectuelle, une prévalence plus forte de médicaments contrefaits, et une politique plus favorable aux médicaments génériques. De fait, la croissance rapide des ventes dans les émergents et la politique pro-générique de ces pays ont porté la part de ces médicaments dans les ventes totales de 27% en 2013 à 33% en 2018. Un basculement qui complique sérieusement le modèle des Big Pharma, les génériques se vendant à des prix nettement inférieurs à ceux des médicaments encore sous brevet.

 
Autre mutation d’ampleur pour les compagnies pharmaceutiques : la flambée des dépenses de R&D. Des dépenses mondiales qui ont presque doublé au cours de la dernière décennie, essentiellement en raison d’une plus grande complexité technique et réglementaire, mais aussi parce que les laboratoires mettent davantage l’accent sur l’innovation et la recherche de nouveaux traitements dans un contexte de concurrence grandissante.

 
Ces dépenses croissantes, associées à l’importance grandissante des génériques, des économies émergentes et à la montée en puissance de nouveaux entrants issus de ces marchés, ont clairement pesé sur les performances des opérateurs historiques. Ces derniers ont répliqué par des stratégies de croissance externe, donnant lieu à l’une des plus importantes vagues de fusions-acquisitions que le secteur ait connues. Et avec la faiblesse des taux d’intérêt, la consolidation est perçue comme la panacée, permettant aux groupes d’élargir leurs portefeuilles d’actifs, notamment de brevets et de marques, d’accroître leurs parts de marché dans des segments porteurs comme les génériques, les biosimilaires ou la médecine personnalisée ; de pénétrer et s’étendre dans de nouveaux marchés ; de réduire leurs coûts et générer des synergies ; mais aussi d’optimiser leur situation fiscale.


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeIndustrieMédicamentsIndustrie pharmaceutiqueMédicaments génériques

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier