La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global Le marché mondial de...
https://player.vimeo.com/video/256940851?autoplay=1 Kathryn-McFarland-KMC-Le-marche-de-l-industrie-miniere-mondiale-7273.jpg
06/04/201803:29

L’industrie minière mondiale sort de sa torpeur selon la dernière étude Xerfi Global. Après cinq années consécutives de baisses liées à la fin du « supercycle » des matières premières, le chiffre d’affaires agrégé des 40 plus grandes sociétés minières dans le monde a légèrement augmenté en 2016 grâce à la hausse des prix des métaux Les moteurs de cette croissance sont pour l’essentiel la reprise économique des marchés émergents et de l’Union européenne, ainsi que l’implémentation d’une nouvelle relance budgétaire en Chine depuis la mi-2016.


En effet, la Chine demeure Le centre de gravité de l’industrie minière, générant près de la moitié de la demande mondiale de cuivre, de minerai de fer, ou de charbon, et près d’un tiers de la demande mondiale d’or. Mais si la relance budgétaire chinoise actuelle continue de soutenir les marchés miniers pendant plusieurs trimestres, le ralentissement structurel du pays risque de peser à moyen-long terme sur la demande.

Grâce à un environnement de marché plus favorable en 2016, la rentabilité du secteur a également rebondi, le taux de marge repassant à 11%. Il faut aussi voir dans cette amélioration le fruit des stratégies des sociétés minières qui ont décidé notamment :


- de céder des actifs pour lever des liquidités destinées à rembourser leurs dettes ;
- de rationaliser leurs investissements ;
- et d’accroître leur efficacité opérationnelle.

 

L’industrie minière doit pourtant faire face à d’importants défis structurels. D’une part, la demande évolue : elle se détourne des matières polluantes comme le charbon et privilégie les métaux nécessaires au développement des énergies renouvelables ou des véhicules électriques. Une évolution qui oblige les sociétés à réévaluer ou adapter leurs portefeuilles d’actifs. Par ailleurs, le nationalisme croissant vis-à-vis des ressources naturelles se traduit par le paiement d’importants royalties et autres contraintes opérationnelles de plus en plus coûteuses pour le secteur, tout comme le tarissement de certaines ressources qui oblige les sociétés minières à extraire des matières dans des endroits plus difficilement accessibles.


Face à cet environnement compliqué, les opérateurs misent sur les nouvelles technologies comme l’automatisation, la robotisation ou les technologiques numériques, en les intégrant à l’ensemble de la chaîne de valeur, c’est-à-dire de l’exploration et l’extraction jusqu’à la transformation, la logistique et le transport, dans le but de réduire les coûts d’exploitation et d’améliorer leur rentabilité.


Néanmoins, la crise du secteur a mis en évidence les divergences entre les opérateurs privés multinationaux et les acteurs chinois contrôlés, eux, par l’Etat. Alors que les premiers doivent assainir leur bilan par la cession d’actifs non stratégiques, les groupes publics chinois développent leurs activités en rachetant notamment les actifs de leurs concurrents étrangers à court d’argent.

 


En savoir plus

Mots clés : Matières premièresIndustrieMarché Nouvelles technologiesChiffre d'affairesIndustrie minière

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier