La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global Le secteur européen de...
https://player.vimeo.com/video/274075484?autoplay=1 Kathryn-McFarland-KMC-Le-secteur-europeen-de-l-habillement-7720.jpg
03/07/201803:19

Xerfi Global vient de publier une étude sur le secteur européen de l’habillement, dont la valeur a dépassé 400 Md€ en 2017. Alors que plus de deux tiers des ventes sont concentrées dans les cinq grands pays européens que sont l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Italie et l’Espagne, le marché a bénéficié d’une croissance nettement plus rapide dans les pays d’Europe de l’Est, en hausse d’environ 5% par an sur la période 2013-2018 contre 1,2% pour les marchés d’Europe de l’Ouest.


Côté approvisionnement, le Bangladesh s’est hissé au rang de principal pays fournisseur de l’Europe. Les importations de l’Union européenne en provenance de ce pays ont ainsi largement dépassé ceux de fournisseurs traditionnels, comme la Chine, grâce à une compétitivité-prix de la main-d’œuvre inégalée.

Autre tendance marquante : la part des ventes en ligne progresse pour représenter 13% du commerce de détail de vêtements en Europe. Cette tendance s’illustre notamment à travers les très bons chiffres des ventes des « pure-players » tels l’allemand Zalando, le français Showroomprivé ou encore le britannique ASOS. Des acteurs qui bousculent le marché et notamment les enseignes de fast-fashion nées dans les années 1990. Ainsi, Zalando a vu ses ventes croître de plus de 26% par an entre 2013 et 2017, contre 11% pour le géant espagnol Inditex, à la tête de Zara notamment. Si leur croissance détonne par rapport aux enseignes traditionnelles, leur rentabilité reste néanmoins très en-deçà des standards : ainsi, Inditex affichait un taux de rentabilité moyen de plus de 15% pour la période 2013-2017, contre moins de 5% pour Asos, Zalando et Showroomprivé.


Les acteurs dominants renforcent malgré tout leur dimension omnicanal afin de contrer la menace grandissante des nouveaux compétiteurs. Ils se focalisent notamment sur l’intégration globale de tous leurs points de contacts clients : boutiques, sites web ou applis mobiles. Ils investissent davantage dans les contenus numériques et les réseaux sociaux dans le but de renforcer l’engagement de leurs clients, misant de plus en plus sur les « influenceurs ». Les grandes enseignes misent également sur les big data dans l’objectif de mieux cerner et monétiser les habitudes en ligne de leurs clients. Enfin, elles continuent d’investir dans l’optimisation de leurs chaînes d’approvisionnement, par exemple via l’automatisation des entrepôts ou la robotisation de la fabrication des articles.


Ainsi, les grandes chaînes de prêt-à-porter repensent peu à peu le rôle de leurs magasins. Si le rythme d’expansion des points de vente a nettement ralenti, la tendance est aujourd’hui à l’ouverture de magasins de très grande taille dans lesquels les clients peuvent essayer des articles avant de les acheter en ligne et se les faire livrer. Des acteurs comme Inditex ou Mango poursuivent de telles stratégies d’optimisation en fermant au passage des boutiques de plus petite taille.


Mots clés : Economie mondialeDistributionEurope Habillementprêt-à-porterPlateformes numériquesachat en ligne

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier