La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global Le secteur mondial des...
https://player.vimeo.com/video/239455756?autoplay=1 Kathryn-McFarland-Kathryn-McFarland-Le-secteur-mondial-des-energies-renouvelables-6838.jpg
20/11/201704:18

Xerfi Global a récemment publié une étude sur le secteur mondial des énergies renouvelables. Un secteur qui a subi une baisse considérable des investissements en 2016. Mais cette baisse n’a rien d’alarmant ! Elle annonce plutôt un changement de donne important, à savoir la baisse des coûts des technologies. Grâce aux innovations en matière de conception, de matériaux, de fabrication et d’installation, ainsi que des gains d’échelle et d’expérience, les coûts actualisés non-subventionnés ont chuté de 85% entre 2009 et 2016 pour l’énergie solaire photovoltaïque et de 66% pour l’énergie éolienne. Cette chute renforce la compétitivité-coût des énergies renouvelables par rapport aux énergies traditionnelles, et ce malgré la faiblesse des cours du pétrole. Cette meilleure compétitivité, associée aux progrès en matière de technologies de stockage d’énergie, à des réseaux électriques plus flexibles, à l’électrification croissante dans plusieurs secteurs, ainsi qu’aux préoccupations environnementales grandissantes, contribuent à transformer considérablement le mix-énergétique mondial.


Toutefois, le poids des énergies renouvelables reste faible. En 2016, moins de 7% de l’énergie consommée dans le monde était issue de l’énergie hydraulique, et environ 3% à partir d’autres sources renouvelables, alors que le pétrole, le charbon, le gaz et l’énergie nucléaire représentaient ensemble près de 90%. Néanmoins, les énergies renouvelables bénéficient d’une croissance de la demande bien plus forte. Ainsi, la consommation d'énergies renouvelables non hydrauliques a augmenté de presque 30% entre 2013 et 2016, dépassant largement les autres sources énergétiques.


Cette forte croissance de la demande provient largement d’Asie. Alors que la consommation d’énergies renouvelables se répartissait de façon assez équilibrée entre les grandes régions du monde en 2005, l’Asie-Pacifique – et plus particulièrement la Chine – représentait en 2016 la majeure partie de la demande.


Cette croissance solide se matérialise-t-elle pour autant dans les résultats des entreprises ? Si la marge opérationnelle agrégée des sociétés analysées dans l’étude a effectivement augmenté en 2016, atteignant son plus haut niveau en cinq ans, toutes ne sont pas sorties d’affaires. Un écart persiste entre les spécialistes de l’éolien et ceux spécialisés dans le solaire. Le secteur éolien a en effet bénéficié d’une demande forte et d’une vague de consolidation, permettant à des groupes comme les danois Dong Energy et Vestas ou le chinois Goldwind de se hisser au premier rang du secteur en matière de rentabilité en 2016. A l’autre bout du classement, des entreprises d’énergie solaire comme les américains First Solar et SunPower ou le chinois Yingli ont vu leurs marges s’effondrer avec la chute des prix de vente.


Quoi qu’il arrive, la demande restera dynamique à terme. La production d’énergie renouvelable hors énergie hydraulique devrait ainsi augmenter de plus de 7% par an entre 2015 et 2035, soit un rythme supérieur aux autres sources d’énergie, tandis que la production hydraulique progressera autour de  2% par an.


Malgré la croissance soutenue de la demande, les difficultés persisteront pour les fabricants d’équipements d’énergies renouvelables. Certes, la bataille pour réduire les coûts des énergies renouvelables est en partie remportée. Mais les équipementiers vont poursuivre la guerre des prix, soucieux de maintenir leur compétitivité face à leurs concurrents directs et face aux énergies alternatives. Le marché de l’énergie hydraulique va ainsi croître faiblement, si l’on exclut les services de maintenance et de modernisation des équipements. Le marché du solaire, lui, se consolidera, les opérateurs cherchant à générer des économies d’échelle et des gains d’efficience pour compenser la chute des prix. Enfin, les équipementiers éoliens, davantage structurés, semblent les mieux placés pour tirer pleinement profit de la croissance du marché.

 

Kathryn McFarland, Le secteur mondial des énergies renouvelables, une vidéo Xerfi Canal Economie.


En savoir plus

Mots clés : Energie / EnvironnementEnergies renouvelables

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier