La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global Les marchés mondiaux du...
https://player.vimeo.com/video/233648409?autoplay=1 Kathryn-McFarland-KMC-Les-marches-mondiaux-du-petrole-et-du-gaz-6686.jpg
16/10/201704:23

Les marchés du pétrole et du gaz entre dans une « nouvelle normalité » selon la dernière étude de Xerfi Global ! En effet, plusieurs facteurs comme l’exploitation accrue de réserves non-conventionnelles, l’essor des énergies renouvelables, et la faible croissance économique de ces dernières années ont modifié en profondeur les fondamentaux de ce marché. L’offre mondiale est ainsi devenue excédentaire,  l’OPEP, elle, s’est fragilisée et les cours des énergies restent durablement déprimés.


Conséquence : les marges des sociétés pétrolières et gazières se sont dégradées. Leur marge opérationnelle est ainsi passée de 11% en 2012 à environ 3% en 2016. La chute des prix n’est pas seule en cause. Il faut y voir également l’impact de la baisse des ventes et celle de la hausse des dépenses d’investissement. En effet, les dépenses en capital du secteur ont nettement augmenté entre 2012 et 2013, les majors investissant alors frénétiquement dans l’exploration et l’exploitation de gisements non conventionnels qui promettaient alors un joli retour sur investissement compte tenu du niveau élevé des cours mondiaux…  Mais à partir de 2014, les dépenses se sont contractées avec le reflux des cours du pétrole, poussant les entreprises à rationaliser leurs dépenses, et à suspendre le développement des projets coûteux comme les sables bitumeux.


Suite à ces évolutions, le classement traditionnel des grandes sociétés pétrolières et gazières en a été bouleversé. Les opérateurs chinois Sinopec et PetroChina ont ainsi dépassé les acteurs historiques nord-américains et européens. Ces nouveaux leaders ont tiré parti de la hausse de la demande pétrolière dans leur zone d’influence. Celle-ci a progressé de 3% par an en moyenne entre 2010 et 2016 dans la région Asie-Pacifique qui représente désormais près de 35% de la consommation mondiale de pétrole. Par comparaison, durant la même période, la demande progressait de seulement 0,2% par an en Amérique du Nord (qui totalise 25% de la consommation mondiale en 2016), et de 0,4% dans la région Europe-Eurasie (soit environ 20% de la demande). Néanmoins, la croissance de la consommation de pétrole de la Chine va se tasser compte tenu du ralentissement structurel de l’économie du pays.


Dans cet environnement incertain et en mutation rapide, les sociétés pétrolières et gazières souhaitent rester agiles et flexibles. Leur stratégie consiste actuellement à se renforcer à la fois en amont et en aval du marché pour conjuguer ambitions de croissance et discipline de coûts. En amont, la gestion des réserves se veut prudente et de nombreuses majors procèdent à des cessions d’actifs. La maîtrise des dépenses en capital restent aussi d’actualité. Les projets risqués ou peu rentables, eux, sont souvent suspendus ou annulés. Les opérateurs cherchent aussi à améliorer leur efficience dans la récupération de ressources pétrolières et gazières à travers l’innovation. Ils se tournent alors de plus en plus vers l’exploitation de gaz naturel qui bénéficie de meilleures perspectives de croissance. En aval, ils veillent à accroître l’efficacité opérationnelle et le rendement sur le capital investi, tout en se diversifiant dans les produits pétrochimiques plus rémunérateurs.


Un autre changement est à souligner : il s’agit de l’abandon progressif du modèle traditionnel d’intégration verticale et de découverte et développement de nouveaux champs gaziers et pétroliers pour un modèle plus collaboratif. Un modèle fait de partenariats et projets communs pour renforcer l’efficacité opérationnelle, partager les savoir-faire tout en réduisant les coûts et les risques. Les majors visent ainsi la recherche d’un équilibre entre croissance et rigueur budgétaire afin de se maintenir à flot en cette période de forte volatilité.

 

Kathryn McFarland, Les marchés mondiaux du pétrole et du gaz, une vidéo Xerfi Canal Economie.


En savoir plus

Mots clés : Matières premièresPétroleGaz

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier