La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Le graphique Le Graphique de Xerfi :...
https://player.vimeo.com/video/124048066?autoplay=1 Le-Graphique-de-Xerfi-L-evolution-des-balances-courantes-en-zone-euro-3473.jpg
26/03/201504:03

Les médias ont l’œil rivé sur la balance commerciale. Ce n’est pourtant que la partie des échanges limitée aux seules marchandises. Pour obtenir une vision complète des échanges extérieurs,  il est indispensable d'y intégrer les services comme les recettes touristiques. De même, il faut tenir compte des revenus liés au déploiement des entreprises à l’international, au service de la dette ou aux transferts à des institutions internationales. C’est justement ce que décrit la balance courante de la zone euro. Son solde est le plus significatif, car il indique si les pays de la zone dépensent plus qu'ils ne gagnent. Ce solde est rapporté au PIB pour gommer les effets taille. Maintenant, rappelons-nous : 1998, un an avant la naissance de la monnaie unique, les excédents courants des futurs membres de la zone euro atteignent 29 milliards soit 0,5% du PIB. Et la France comme l’Italie figurent parmi les meilleurs ! A l’opposé, l’Espagne mais aussi… l’Allemagne ! Je dis bien l’Allemagne alors déficitaire et empêtrée dans la réunification. Mais à peine entrée dans l’euro, les pays de la zone voient leurs excédents fondre rapidement. 2000 se termine dans le rouge avec un déficit de 1,5% du PIB. Le plancher des 100 milliards d’euros est brisé. Tous les pays dégringolent. Le coupable, c’est le boom des importations de marchandises : c’est + 52% dans une Europe dont la consommation intérieure flambe. Le déficit des invisibles se creuse aussi, mais dans une bien moindre mesure. A partir de 2001, l'éclatement de la bulle internet brise la croissance et casse les demandes intérieures. Du coup, c'est le plongeon pour les importations de biens. C’est bon pour le solde commercial qui redevient positif et remonte jusqu’à 2004. En arrière-plan, deux transformations structurelles qui vont faire du bruit par la suite sont déjà à l'œuvre. Dans le Sud de la zone euro mais aussi en France, les pays choisissent de stimuler la consommation et la construction. La France subit de plus le choc des délocalisations menées par les multinationales. Certes, elles en tirent des revenus, ce qui est bon pour la balance des invisibles. Mais, le revers de la médaille, c’est que cela n’éponge pas les dégâts dans le tissu productif. Du coup, la partie « échanges de biens » s’enfonce dans le rouge : 2004 sera la dernière année d’excédent courant pour la France ! La stratégie allemande est à l’opposé. Elle donne la priorité aux réformes structurelles et au mesures destinées à pour restaurer sa compétitivité coût et hors coût. Un programme mené au détriment de ses partenaires européens à qui elle prend des parts de marché. Pour la zone euro, c’est cependant à jeu à somme négative. En effet, à partir de 2005, la descente aux enfers commence pour la balance courante de la zone euro. Elle atteindra son paroxysme en 2008 avec la grande crise. Le déficit courant tombe alors à 158 milliards d’euros, 1,7% du PIB, son plus bas niveau historique. Paradoxalement, 2008 est un excellent millésime pour l’Allemagne dont l’excédent courant flambe à 5,5% du PIB. La France tombe en revanche dans le rouge, et l’Espagne dans le noir.  Mais la récession de 2008-2009 va rebattre les cartes. Les pays du sud s’engagent dans une stratégie d’austérité et de déflation salariale. Les demandes domestiques sont écrasées, ce qui fait plonger les importations de biens, et rétablit donc les balances commerciales. C’est assez pour faire sortir du rouge le solde des transactions courantes d’autant que la balance des invisibles pousse également dans le bons sens : l’excédent courant atteint en 2014 le chiffre record de 2,3%. Le solde de Allemagne est toujours aussi flamboyant, celui l’Italie repasse dans le vert, celui de l’Espagne est proche de l’équilibre. La France reste légèrement négative, mais ses derniers chiffres sont bons. Mais ne nous y trompons pas : ce record historique est avant tout le reflet d’une demande intérieure anémique qui freine non seulement la croissance européenne, mais aussi toute l’économie mondiale.

 

 

Le graphique, L'évolution des balances courantes en zone euro, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Europe / Zone euroBalance couranteBalance commercialeBalance des invisiblesTransactions courantesSolde extérieur

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier