La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Libre propos Le numérique et le domaine...
17/01/201304:04
Xerfi Canal a reçu Nelly Fesseau, coordonnatrice des pôles Culture et Numérique à Terra Nova

Le domaine public est essentiellement défini en creux. En fait il couvre toutes les créations de l'esprit de  qui ne sont pas protégées par des lois sur le droit de propriété intellectuelle, littéraire ou artistique.

Le domaine public est le creuset de la création de nouvelles œuvres et de l'éducation. Il regroupe toutes les œuvres notamment classiques que tout à chacun peut reproduire et réutiliser sans se poser de question. Il recouvre les bases de notre culture.

Enrichir volontairement le domaine public numérique

En fait il faut bien avouer qu'il est actuellement difficile d'aller contre la volonté du marché de renforcer les protections des œuvres, et pourtant... La définition en creux du domaine public rend sa défense difficile. A chaque fois que l'on prolonge ou renforce les droits des ayants-droits, sans y prendre garde on entame le domaine public.

Face à la progression des intérêts particuliers des ayants-droits, il faut préserver l'intérêt général et assurer l'accès de tous à la connaissance. Il est donc indispensable de veiller au développement du domaine public numérique.

Qui plus est le renforcement du domaine public numérique français assure une plus large diffusion de notre culture sur Internet.

Comment procéder ?

Juste une précision pour les puristes, en droit français on ne peut pas vraiment décider de mettre une œuvre dans le domaine public, car certains droits sont inaliénables, quand on parle d'enrichir le domaine public on pense à l'abandon volontaire des droits par les ayants-droits.

Il y a différentes voies...

La plus simple et directe est la « libération » des données culturelles accumulées par les organismes publics. Les photos des œuvres dans les musées, leurs descriptions... Pourtant la France hésite encore à libérer ces données, et à ce titre ne participe que du bout des lèvres au portail Europeana.
Une autre plus volontaire est la numérisation d'œuvres, voire de spectacles vivants, dans un objectif de « libération ». On pourrait parfaitement imaginer qu'une œuvre ou un spectacle subventionné, et donc en partie payé par le denier public, doive être sous une forme même partielle versé au domaine public.
Enfin une autre voie plus dans notre époque et conforme à l'esprit même du domaine public est de faire appel à la contribution. Construire le domaine public par l'association des forces des Internautes est la base de l'encyclopédie en ligne Wikipédia. Une forme à la fois porteuse de sens politique et d'efficacité serait d'animer un « jour de la contribution » pour favoriser par tous moyens l'enrichissement du domaine public.

Quoiqu'il en soit c'est une réelle volonté politique qu'il faut.

Nelly Fesseau, Le numérique et le domaine public, une vidéo Xerfi Canal

 



En savoir plus

Mots clés : Economie numérique

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier