La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Equation budgétaire...
https://player.vimeo.com/video/123455028?autoplay=1 Olivier-Passet-Equation-budgetaire-impossible-pour-Manuel-Valls-2340.jpg
07/04/201403:31
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

D'abord quelques remarques sur les mécomptes du gouvernement. Que savons-nous de la stratégie budgétaire du gouvernement. 1/ qu'il compte économiser 54 milliards dans les 3 ans. 2/Qu'il lui reste 10 milliards de CICE à budgéter en 2015. 3/ Que s'y ajoutent 8 milliards de baisse supplémentaire d'impôts pour les entreprises, issus des assises de la fiscalité des entreprises et 8 milliards supplémentaires au bénéfice des ménages à horizon 2017. 2,7% du PIB de baisse de dépense d'un côté et 1,3 % du PIB de baisse d'impôt de l'autre. Au total, un potentiel de réduction du déficit de 1,4 % du PIB donc, partant de 4,3 % de déficit public fin 2013, et de 4 % probablement fin 2015, le gouvernement est en apparence sur les clous de la cible de 3 % de déficit à un horizon de moyen terme. Voilà pour l'affichage.

Mais ces calculs de coin de table voilent la véritable difficulté. Baisser la dépense publique a un impact immédiat sur la croissance et occasionnera des pertes de recettes substantielles de l'ordre de 20 à 25 milliards si l'on en croît les régularités passées.  Les baisses d'impôt auront en revanche un effet bien plus diffus sur l'activité.  Le compte n'y est donc pas. Au regard des mesures annoncées, le gouvernement risque bien de faire du surplace en matière de déficit jusqu'en 2017.

Que faire face à cela ? Renoncer aux baisses d'impôt ? L'impact serait délétère  pour les entreprises et la croissance. Baisser beaucoup plus les dépenses publiques ? C'est non seulement techniquement difficile mais surtout cela condamne définitivement la France à louper le train de la reprise. Il ne peut donc que relâcher une contrainte. Celle du déficit et c'est ce que le nouveau ministre des finances vient de laisser entendre.

Est-ce dramatique ? Est-ce opter pour la facilité ? Pas nécessairement, si le gouvernement s'engage dans une réforme en profondeur de l'Etat. Pas celle qui économise le plus de ressources à court terme, mais celle qui accroît durablement son efficacité et en fait un champion de la transition numérique. Une vraie réforme de nos organisations donc, des niveaux d'administration, de l'hôpital, de l'enseignement, de la recherche. Ce type de réforme, pour être vraiment ambitieuse a un coût transitoire. Mais en devenant un champion de la transition iconomique, de la réforme des usages en matière d'environnement,  de vieillissement, d'éducation, de conception de la ville et des territoires l'Etat pourra ensuite enclencher une vraie dynamique fructueuse de recyclage des économies réalisées vers le soutien des activités porteuses d'avenir.

Relâcher la contrainte courte ne vaut que si c'est à l'appui d'une stratégie ambitieuse de repositionnement de la croissance française. C'est ce qui se joue aujourd'hui. Si relâchement ne répond qu'à une logique de réalisme comptable, autant dire que le gouvernement ne différera pas seulement les problèmes. Il gâchera les derniers degrés de liberté qui demeurent pour que la France accommode son équation de croissance.

Olivier Passet, Equation budgétaire impossible pour Manuel Valls, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Politique économique

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier