La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La France malade :...
https://player.vimeo.com/video/122908651?autoplay=1 Olivier-Passet-La-France-malade-exagerations-et-psychodrames-1997.jpg
09/12/201304:18
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

La France nouvel homme malade de l'Europe. Marotte médiatique ou réalité ? L'idée est en tous les cas sérieusement ancrée dans les esprits, en France, en Allemagne et dans maints médias européens. A tel point que la France ne serait pas seulement le nouveau grand malade au sein de l'UE  ou  même malade de l'Europe, de sa déflation larvée, de son change surévalué.   Bien plus que cela, l'Europe serait en passe de devenir malade de la France. La France maillon faible en quelque sorte. Mais on le sait aussi les économies ont la vie plus dure que le prophétisent les cassandres obsessionnels. Depuis le temps que l'économie Française est condamnée, on peut aussi s'étonner de la vitalité du mourant.  Je ne veux pas être dans la dénégation des problèmes du patient français. Nous les soulignons jour après jour sur Xerfi canal. Mais le discours vire tellement à la caricature aujourd'hui que l'on atteint l'overdose avec ce qui ressemble de plus en plus à un pur marketing intellectuel.
De quoi souffre au juste la France ? D'un déficit de compétitivité, peu le contestent aujourd'hui.  Mais le déficit de compétitivité n'est pas une maladie incurable. La France a su à d'autres moments de son histoire corriger le tir. Chacun se souvient encore du tournant de la rigueur de 1982, et de la politique de désindexation des salaires. D'autres pays en Europe également, l'Allemagne ou la Suède notamment. Sans renoncer à leurs fondamentaux sociaux.

Il y a surtout sur la base de ce constat beaucoup d'exagération. Le décrochage des parts de marché françaises est réel et inquiétant. Mais avant d'incriminer sur un mode obsessionnel le déclassement de notre modèle de préférence pour le loisir et la consommation, ou encore l'euro,  il faut aussi  expliquer pourquoi le  décrochage est de même ampleur au Royaume Uni ou aux États-Unis. Et l'on constatera vite que les pays dominés par de grandes multinationales et spécialisées sur les services valorisent mal les flux immatériels  à l'intérieur des groupes. En dépit de cela, la France est un des pays internationalisé qui a le plus faible déficit courant en % de son PIB.

Pour beaucoup, notre modèle social périmé doit être cloué au pilori de la mondialisation. Il y a là encore dans ce domaine trop d'exagération. Les régimes sociaux doivent certes être gérés de façon équilibrée et avec rigueur. Mais corriger certaines dérives, ne signifie pas que notre système assurantiel universel et collectif soit une tare. La France est un des pays européen qui tient le mieux, contrairement à ce qui est dit, son équation des retraites sous la surveillance du Conseil d'orientation des retraites au prix de psychodrames récurrents de réformes successives.  Au final nos besoins de financement à long terme sont estimés à 0,5 % du PIB par la commission européenne (dans son rapport annuel sur la soutenabilité financière), quand ils sont de 2,6 % en Allemagne, 1,5 % au Royaume-Uni ou 3,6 % en Espagne. Notre durée de cotisation nous conduira de fait à un âge de retraite effectif proche de celui de nos voisins pour une équation de dépendance bien moins dégradée. Au total la France est aujourd'hui l'un des pays qui tient le mieux l'équation à long terme du financement de ses retraites.

Au prix d'une dérive insupportable de ses coûts unitaires diront certains. Là encore, si les évolutions des coûts unitaires dénotent avec l'Allemagne, la France reste un pays en position médiane en Europe.

Que dire de notre propension à l'endettement ? Là encore beaucoup d'exagération autour d'un pays qui reste en bas de l'échelle lorsque l'on agrège l'endettement de tous.  L'état s'endette certes mais au bénéfice des agents privés.
Bref, sans être dans la dénégation de nos problèmes, il faut quand même prendre conscience que les lacunes françaises demeurent dans la mesure du réformable. Toutes les dimensions évoquées doivent être des terrains de réforme, mais à force de condamner le malade et de lui promettre l'issue fatale, ou oublie parfois que le mental est important dans les chances de guérison.

Olivier Passet, La France malade : exagérations et psychodrames, une vidéo Xerfi Canal

En savoir plus

Mots clés : Economie françaisePolitique économique

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier