Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La France va-t-elle vers la faillite ?

Publié le mardi 14 octobre 2014 . 3 min. 51

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

 

L’incapacité française à atteindre la cible des 3% de déficit a relancé les spéculations sur une possible défaillance française. L’angoisse est récurrente et rarement solidement étayée. Ni le seuil symbolique des 2000 milliards de dette publique, ni celui des 100 % de ratio d’endettement sur le PIB ne constituent un début de preuve concernant un éventuel  risque de défaut. A l’inverse, la relative bonne notation actuelle de la dette française et notre accès facile au financement de marché ne suffisent pas à évacuer le risque. Comme le démontrent les cas espagnol, irlandais, ou grec.
On peut parler de risque de faillite lorsque la stabilisation du ratio d’endettement n’est plus à la portée d’efforts crédibles et soutenables par les agents privés. C’est alors le risque d’un emballement boule de neige de la dette qu’il faut éprouver. Sans se leurrer sur les possibilités de hausse des impôts ou de baisse des dépenses pour y mettre fin.

 

J’éprouverai donc ici la trajectoire française d’endettement, si l’Europe ne parvenait pas à endiguer sa passe déflationniste actuelle ; Quelle serait notre trajectoire de déficit et de dette si la croissance nominale était à l’arrêt dans les 5 années à venir ? Scénario noir, certes, mais plausible.
Voici d’abord ce que le gouvernement projette aujourd’hui, sur fond d’une croissance nominale qui approcherait 3,8% dès 2017 et d’économies budgétaires équivalentes à 2 points du PIB. Le déficit reviendrait à 0,8% du PIB et la dette voisinerait 93% du PIB en 2019.

 

Voilà maintenant ce qui adviendrait dans le scénario noir que je viens d’évoquer. Un déficit qui plongerait à 9 % du PIB en 2019 et une dette qui dépasserait 130 % du PIB et si par ailleurs le gouvernement renonçait dans ce contexte à son  programme d’économie, la dérive serait encore plus marquée. La France serait bien engagée dans une dynamique boule de neige. Et dans une dynamique autrement plus problématique que celle de l’Allemagne dans les mêmes circonstances.

 

Éviter cette dérive serait-elle à la portée d’un ajustement structurel raisonnable ? Pour s’en préserver, il faudrait dès à présent plus de 4 à 5 points d’ajustement structurel. Impossible à court terme, il n’est pas nécessaire de développer. Mais le pourrait-elle à plus long terme ? Après tout, ceux qui dénoncent l’obésité chronique de l’État français sous-entendent qu’un tel ajustement est à portée de main d’un exécutif courageux. Preuve en est notre écart de dépenses publiques de près de 7 points par rapport à la moyenne européenne, de plus de 8 points par rapport au Royaume-Uni, et de plus de 12 points avec l’Allemagne. A ces champions de la coupe budgétaire ? Rappelons simplement qu’il faut comparer ce qui est comparable,  compte tenu de l’hétérogénéité des systèmes de retraite en Europe, par répartition ou par capitalisation. Si je me concentre sur les dépenses publiques hors retraites, que voit-on ? Que les écarts sont en moyenne de 2 points. Ils culminent à 7 points avec l’Allemagne mais compte tenu des circuits très particuliers de financement de la santé et de l’éducation. Autrement dit le fameux gras français et moins épais qu’il n’y paraît.Rançon de ce bémol sur le gaspillage français, nos marges de réaction sont faibles en cas de scénario noir, le scénario de la faillite ne peut donc être totalement exclu, mais il faut quand même y mettre beaucoup de si et se consoler en se disant que ce scénario noir serait noir pour l’Europe entière.

 

Olivier Passet, La France va-t-elle vers la faillite ?, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER