La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La stratégie fiscale de...
https://player.vimeo.com/video/241005459?autoplay=1 Olivier-Passet-OPA-La-strategie-fiscale-de-Macron-du-discours-aux-realites-6882.jpg
08/11/201704:48

Le révolutionnaire auto-proclamé Emmanuel Macron a-t-il une stratégie fiscale à la hauteur de ses ambitions ? Voilà longtemps que l’on parle de la nécessité d’une grande remise à plat. La refondation de l’ISF et la flat tax sur le capital ont certes permis aux commentateurs d’utiliser des superlatifs. Mais si la loi de finances 2018 comporte bien des mesures fortement symboliques, elle ne dit pas tout de la vision du projet présidentiel.

 

A ce stade, la stratégie fiscale semble d’abord centrée sur les personnes. Elle vise d’abord à alléger la fiscalité des ménages. Elle bénéficie d’abord aux détenteurs de patrimoine, groupe supposé inclure les entrepreneurs. Le budget prévoit ensuite un certain nombre d’allègements visant la classe moyenne, mais ils sont lissés dans le temps et ne prendront leur plein effet que progressivement. Cela confère à la loi de finances 2018 un caractère anti-redistributif à court terme, qui n’est pas nécessairement représentatif de la ligne gouvernementale à moyen terme.


Résumer Macron à une politique pro-riches est beaucoup trop réducteur


Quand l’exonération de la taxe d’habitation sera menée à son terme, ce ne seront plus trois mais neuf à dix milliards qui seront restitués aux ménages. Lorsque la baisse des cotisations salariales jouera en années pleine, elle fera plus que compenser la hausse de la CSG programmée cette année. Et les salariés seront gagnants à terme de la bascule des cotisations sur la CSG.


Sur le bas de la distribution, il faut aussi prendre en compte la revalorisation du minimum vieillesse, augmenté de 100 euros par mois à la fin du quinquennat, ainsi que la hausse de la prime d’activité qui devrait s'élever à 80 euros par mois au niveau du smic au terme du mandat. 


Résumer la stratégie fiscale d’Emmanuel Macron à une politique pro-riches, pro attractivité et utilisant les retraités comme nouvelles vaches à lait est donc excessivement réducteur. Pour l’heure, c’est un savant dosage qui prévaut, comme depuis toujours en France. Mais une fois que l’on a rectifié son jugement sur la ligne anti-redistributive de la politique fiscale, surgit une autre question. Quelle en est la lisibilité ?


Un assemblage hétéroclite plutôt qu'une grande remise à plat


Une petite dose de baisse de cotisations salariées, combinée à une baisse de la taxe d’habitation pour le pouvoir d’achat, combinée à une décrue des taxes sur le capital financier pour favoriser l’épargne risquée, ce à quoi il faut ajouter une pérennisation du CICE qui dans ses nouvelles modalités fera des perdants, une baisse de l’IS à 25% à horizon 2022, et une hausse significative de la fiscalité environnementale... Tout cela ressemble plus à un assemblage voire un essaimage fiscal hétéroclite qu’à une grande remise à plat.


Et tout ce que l’on sait in fine, c’est que le gouvernement souhaite réduire la pression fiscale d’à peine plus de 1 point de PIB entre 2017 et 2022 : 43,6% versus 44,7 % en 2017… Ce qui ne devrait pas bouleverser le rang français de champion européen des prélèvements.


Le pacte de responsabilité, revu et corrigé


Ce que l’on sait aussi, c’est que c’est par la modération des dépenses que le gouvernement entend atteindre un objectif de quasi-équilibre budgétaire à horizon 2022. Rien qui démarque nettement Emmanuel Macron de François Hollande, qui rétrospectivement fait figure de réformateur audacieux avec ses allégements de plus de 40 milliards en trois ans des prélèvements sur les entreprises.


Bref, difficile de trouver la formule synthétique pour qualifier la stratégie fiscale du chef de l'Etat. Pour l’heure, peut-être n’est-il avant tout que le correcteur pragmatique de son prédécesseur, qui avait cru pouvoir taxer les riches pour alléger le fardeau fiscal de l’entreprise… ignorant en cela la figure multidimensionnelle de l’entrepreneur, pour qui aucun de ces éléments n’est séparable. Que l’on taxe son entreprise, au niveau du travail ou du capital, ou sa fortune l'indiffère. Macron, c’est peut-être cela : le pacte de responsabilité, revu et corrigé.

 

Olivier Passet, La stratégie fiscale de Macron : du discours aux réalités, une vidéo Xerfi Canal Economie.


Mots clés : Politique économiqueFiscalitéEmmanuel Macron

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier