La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La voie du rebond européen...
https://player.vimeo.com/video/142616656?autoplay=1 Olivier-Passet-La-voie-du-rebond-europeen-face-a-la-panne-des-emergents-4173.jpg
19/10/201504:17

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Peut-on imaginer une croissance occidentale découplée du reste de l’économie mondiale ? Plus personne n’a aujourd’hui de doute sur la profondeur du reflux des économies émergentes. Dans le sillage des BRICs, c’est près de 40% de l’économie mondiale qui décélère. Et comme souvent dans ces cas-là, la décélération fait surgir les failles structurelles. C’est donc avec la perspective d’une panne durable des économies émergentes qu’il nous faut aujourd’hui imaginer notre propre croissance. Voyant se réduire le gâteau de la croissance mondiale, les dernières projections du FMI en attestent, beaucoup y voient le prélude à un ralentissement généralisé, qui contaminerait toutes les régions du monde. Le monde a perdu sa locomotive émergente. La locomotive américaine, après 7 ans de croissance continue, montre des signes de faiblesse. L’attentisme de la FED en atteste. Par empilement, le ralentissement ne peut que gagner l’Europe, qui mange aujourd’hui le pain blanc d’une désinflation importée. Mais passé cet effet d’aubaine qui a redonné des couleurs imprévues à sa demande intérieure, l’Europe retombera vite dans les affres de la stagnation et de la déflation.
Mais on peut avoir une autre lecture des enchainements. La crise de 2007-2008, ne l’oublions pas, avait pour racine une surproduction mondiale qui n’avait trouvé sa solution que dans la surconsommation américaine à crédit. L’Amérique, sur-consommatrice a alors utilisé rapidement l’arme de la dévaluation pour reporter l’ajustement des surcapacités à qui de droit. A l’Europe sous-consommatrice d’abord, qui sous tutelle allemande, a finalement préféré détruire des capacités, plutôt de ranimer sa demande intérieure. Les allemands ont alors entièrement misé sur l’eldorado des émergents pour compenser leurs pertes de débouchés européens. Mais en changeant leur fusil d’épaule en 2014, et en jouant la baisse de l’euro, les Européens ont alors reporté le reste du job de destruction des surcapacités mondiales sur les pays émergents. Ils en étaient la source et cet ajustement de capacité est la cause première de leurs difficultés présentes. 
Peut-on dire que le piège va se refermer sur les économies développées ? Pas nécessairement, car il est peu probable que les Etats-Unis prennent la relève de la destruction des surcapacités. Comme en 2008, ils préféreront jouer la partition de la baisse du dollar. Dans ce contexte, l’Allemagne rejouerait-elle aussi la partition de 2008-2010 ? C’est peu probable car ses intérêts ont changé. L’affaire Volkswagen a révélé la vulnérabilité de son choix hyper-industriel. L’idée de se refaire sur les marchés émergents a vécu. L’Allemagne n’aura certainement plus le luxe de s’offrir une nouvelle crise des débouchés européens. Il est fort à parier que dans ce contexte, elle ne pourra plus évacuer l’enjeu de la demande intérieure de la zone euro et jouer une partition non coopérative.
Il y a une seconde bonne raison d’imaginer un découplage possible entre pays avancés et pays émergents. Les modes de transmissions ne sont plus ceux des années 70-80. L’idée de régions locomotives, qui via  le commerce extérieur emportent dans leur mouvement le reste du monde a elle aussi vécu. Dans un monde financiarisé, les transmissions s’opèrent d’abord par le capital. Le ralentissement des émergents conduisent les grands groupes à se recentrer sur leurs marchés d’origine. Ce recentrage n’a rien de miraculeux comme nous l’avons expliqué dans d’autres vidéos. Il alimente un jeu de fusions-acquisitions, de concentration, qui ne relance pas directement l’investissement. Mais il entretient dans le même temps un régime de faible taux d’intérêts, favorable à la croissance organique des petites entreprises. Les choix politiques seront alors décisifs pour que la logique de consolidation ne l’emporte pas sur celle du développement.

 

Olivier Passet, La voie du rebond européen face à la panne des émergents, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Europe / Zone euroCroissanceDévaluationMondialisationEmergents

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier