Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le clivage gauche/droite en économie : oppositions ou postures ?

Publié le mardi 28 octobre 2014 . 3 min. 41

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses de Xerfi

 

Après la conversion sociale libérale de la gauche ou d’une partie de la gauche de gouvernement, reste-t-il un espace pour une politique économique de droite en France ? Que l’épreuve du gouvernement déroute la gauche de ses utopies n’est bien sûr pas une première. Que la gauche gouvernementale, ait dans l’histoire récente, été le bras agissant de la mue libérale de l’économie française n’est pas non plus une première. Rappelons-le :

 

C’est elle qui a cassé en 1982 l’échelle mobile des salaires introduite par le gouvernement Pinay  en 1952.
C’est elle qui a introduit une flat tax en France, avec la CSG en 1990, qui a progressivement phagocyté l’impôt sur le revenu redistributif. C’est elle du coup qui a fait aussi le premier grand saut vers une fiscalisation de la protection sociale.
C’est encore elle qui a dans la continuité de la droite, été un acteur décisif des privatisations. Notamment sous le gouvernement Jospin où, entre 1998 et 2001, les privatisations au sens strict rapporteront 31 milliards à l’État, sans compter les ouvertures de capital (France Télécom, Air France, Autoroutes du Sud, notamment).

 

C’est également sous la gauche, que la bourse a connu ses plus fortes progressions, comme le rappelait Jean-Marc Vittori dans un de ses commentaires graphiques.
Je pourrais bien sûr faire le même bilan à contre-emploi de la droite. Car on le sait aussi, entre nos droites, légitimiste, orléanistes, bonapartistes, pour reprendre la typologie de René Raymond, et nos gauches radicales, social démocrates, marxisantes, les points de ralliement sont à la fois nombreux et les oppositions non réductibles à un clivage binaire. Au bout du compte, les tensions Keynes / Hayek, jacobins/girondins sont presque aussi virulantes au sein de la droite qu’au sein de la gauche.

 

Mais revenons à l’actualité plus récente. Puisque la gauche au nom du pragmatisme se rallie à l’impératif d’une réduction de la voilure de l’État, à celle d’un allègement de la charge fiscale des entreprises, et à la nécessité de libéraliser le marché du travail, elle accule les candidats de la droite à surenchérir dans les mêmes domaines, faire même chose mais plus fort et plus vite en somme.

 

C’est bien ce qui se dégage de la course au leadership qui s’est engagée au sein de l’UMP. Les différents candidats ne se différencient plus, sur le plan économique que par des postures plus ou moins musclées, plus ou moins viriles. François Fillon avance un plan de 110 milliards en cinq ans. Nicolas Sarkozy évoque une obligation constitutionnelle de maintenir la dépense publique en dessous de la barre de 50?% de la richesse nationale, soit un effort de 140 milliards?! Et Alain Juppé préconise une économie de 100 milliards, et chacun promet des baisses d’impôts sur le capital, plus de sueur, plus de sang plus de larme.

 

Deuxième posture évidente là aussi. Chacun déplace le débat sur le champ sociétal, là où les différences sont encore palpables.
Tout cela ne révèle qu’une chose. C’est que le politique doit se réapproprier le champ des fins avant de se positionner sur celui des moyens. La politique ne peut se réduire à un concours de beauté sur les boites à outil. A gauche comme à droite, l’absence de projection sur le type de société et d’Europe que l’on veut construire est patente. Chacun a endossé le thème du combat contre un déclin programmé. Sur la base d’un bilan partiel et mal étayé. Là est l’erreur.

 

Olivier Passet, Le clivage gauche/droite en économie : oppositions ou postures ?, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER