De l'intelligence des données à l'expertise augmentée
Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Après le Grexit, voici que c’est le Brexit qui excite. Les évaluations vont déjà bon train. Sans que l’on connaisse encore la forme qu’il prendra, les chiffres les plus divers pour ne pas dire les plus fantaisistes circulent déjà. Allant jusqu’à une perte de PIB par habitant de 14% à horizon 2030, pour le Bertelsmann stiftung, un think tank pro-européen allemand. D’autres se contentent d’évaluation bien plus modestes ne dépassant pas 1 ou 2 points de PIB.  Mais pour ceux qui se souviennent de l’épisode tragi-comique de l’évaluation de ce que l’on appelait alors le coût de la non Europe, mieux vaut rester sur ses gardes. Autant dire que l’on ne sait pas évaluer ce type d’évènement, surtout lorsque l’on n’en connaît pas encore les contours. A ce stade mieux vaut se contenter d’observer que ce nouveau psychodrame européen émeut plus les éditorialistes que les marchés ou les acteurs de la City.

 

Et avant de s’émouvoir d’un Brexit, prenons déjà la mesure du demi-engagement britannique et des multiples dérogations qui le caractérisent. N’ayant qu’un demi-pied dans l’UE, l’exit britannique ne serait par la force des choses qu’une demi-sortie. Car le Royaume-Uni est coutumier des va-et-viens et des semi engagements. On se souvient de la renégociation du chèque britannique sous Margaret Thatcher en 1983. Plus de 4 milliards d’euros qui furent dispatchés sur les autres États-membres, la France en tête. On se souvient encore de l’adhésion au SME en 1990, qui sous la pression des marchés tourna court…, de la ratification de Maastricht en 1992 sous réserve de ne pas adopter l’euro, puis de la signature du chapitre social du traité de Maastricht et du traité d’Amsterdam sous Tony Blair, assortie néanmoins de clauses d’exemption et notamment du refus de participer à l’espace Schengen, de nombreuses exceptions concernant le contrôle des frontières, sans oublier le refus britannique de signer le pacte budgétaire de décembre 2011, qui le dispense de la discipline budgétaire des autres états-membres.

 

Ce que veulent les britanniques, c’est essentiellement une Europe cantonnée au marché unique,  avec un approfondissement de la libéralisation des services, notamment dans la finance, une réduction des limites régissant la durée du travail, et une levée des obligations sociales relatives aux travailleurs immigrés ou détachés. On peut toujours imaginer le séisme que constituerait la brutale rupture des accords de libre-échange avec l’UE. La défiance qui gagnerait les investisseurs de la City. Mais ce scénario catastrophe relève du pur fantasme. Au pire le Royaume-Uni rejoindrait AELE, l’association européenne de libre-échange aux côtés de la Norvège, de l’Islande, de la Suisse et du Lichtenstein, laquelle, à l’exception de la Suisse, forme avec l’UE, l’espace économique européen. Ce qui permet à ces pays de bénéficier de la libre circulation des personnes et des marchandises, des services et des capitaux au sein du marché intérieur. Et de certaines politiques horizontales (R&D, environnement etc.). Elle pourrait également négocier des accords bilatéraux, lui permettant de libéraliser plus encore certains secteurs, comme celui de l’agriculture. Bref on ne passerait pas du jour à la nuit en matière de libre échange. Et d’ailleurs, le moins que l’on puisse dire, c’est que le Royaume-Uni est loin d’être en grand bénéficiaire du grand marché si l’on se fie à l’évolution des échanges de marchandise en volume depuis 2000.

 

Ce tournant, entérinerait surtout la volonté britannique d’aller encore plus loin vers un modèle de paradis fiscal et réglementaire insulaire. Le bilan d’une telle évolution en termes de croissance et d’attractivité est loin d’être écrit d’avance. Il est même envisageable que le Royaume-Uni y gagne lorsque l’on connaît la mobilité du capital, de la main d’œuvre qualifiée et des assiettes fiscales. Et c’est finalement plus du côté des économies continentales périphériques que se situe le danger et c’est peut-être la raison principale de la multiplication des scénarios noirs caricaturaux concernant un Brexit.

 

Olivier Passet, Le coût d'un "Brexit" : fantasmes et vrais enjeux, une vidéo Xerfi Canal TV


Publié le mardi 19 mai 2015 . 4 min. 31

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :