La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Le poids de l'économie...
https://player.vimeo.com/video/148498053?autoplay=1 Olivier-Passet-Le-poids-de-l-economie-collaborative-sur-les-emplois-et-les-revenus-4406.jpg
16/12/201504:11

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Que sait-on aujourd’hui du poids de l’économie collaborative ? Pas grand-chose puisque cette dernière est un concept aux contours très flous. Puisque, surtout, un pan entier de l’activité dite collaborative est soit non marchande, sortant des radars de la comptabilité nationale, soit marchande, sans être nécessairement déclarée, ce qui trouble son suivi.

 

Derrière l’économie collaborative, il y a en fait plusieurs notions distinctes :
Une première couche, liée à nos actes de consomm’acteurs comme on dit. Autrement dit, tout ce que nous co-produisons, co-concevons, plus ou moins consciemment, par transfert de données aux acteurs du net, ou de façon plus tangible, lorsque nous assemblons un meuble IKEA, ou que nous nous substituons à une agence de voyage pour bâtir un séjour.

 

Il y a ensuite toute la dimension collaborative au sens plus commun du terme, qui recouvre  la mutualisation de biens, d’espaces et d’outils, de ressources financières, par l’intermède de plateformes internet. Une économie qui prend aussi différents visages :
1/ La construction de communautés de partage, de troc, sans but lucratif à l’instar de LINUX, Wikipédia etc.
2/ Des plateformes qui peuvent monnayer un service d’intermédiation, comme pour la plupart des plateformes d’échanges de logement ou de covoiturage.
3/ Des formes plus abouties d’extraction et d’exploitation de la valeur. C’est le cas notamment de tout ce qui relève de l’ubérisation. Mais il y a aussi, tout l’essor de l’auto-entrepreneuriat, et de l’entrepreneuriat tout court sur des espaces de co-working, qui consiste à s’insérer dans une activité via une relation de collaboration plutôt que par une relation salariale de subordination.
Bref, on le voit, le concept est très vaste. Très flou. C’est un concept valise comme on dit qui n’a pas valeur de catégorie statistique pour les instituts officiels.

 

Prenons l’économie américaine par exemple, plus avancée que les économies européennes dans le processus. Les enquêtes sur le freelance nous disent que 53 millions d’américains ont une activité en freelance, principale ou secondaire, soit 34% des actifs environ. Cela recouvre du pur freelance, mais aussi du travail bénévole, des personnes en multi-activité, du travail de mission temporaire, et d’indépendants qui peuvent s’entourer de quelques salariés.

 

Que nous disent dans le même temps les enquêtes du très officiel BLS ?

1/ Que la part des indépendants ne cesse de décroître dans l’emploi

2/ que la part des personnes en multi-activité est également au plus bas. Deux constats totalement contrintuitifs au regard des ordres de grandeurs fournis par les enquêtes sur le freelance ou de l’idée plus générale d’une explosion du collaboratif.

 

Mais cette enquête du BLS nous livre aussi une deuxième information clé. Celle de l’effondrement du taux d’activité depuis 15 ans, phénomène particulièrement marqué chez les plus jeunes. Et même lorsque l’on réintègre tous les découragés, tous ceux qui désirent travailler sans rechercher activement un emploi, cela n’y change rien. Non la baisse de l’activité n’est pas liée à un phénomène massif de découragement contrairement à ce qui est dit.

 

Quelle explication alors ? Et bien très probablement que le gros des bataillons des jeunes américains qui dopaient le taux d’emploi dans le commerce, l’hôtellerie, la restauration ou autre en finançant leurs études par des petits jobs, ou y faisaient leurs premiers pas dans l’emploi, disposent aujourd’hui d’autres alternatives. Un hôte newyorkais AirBnB se fait en moyenne 7530 $ de revenus par an. Un chauffeur UberX, équivalent à Uberpop en Europe, peut se faire potentiellement plusieurs dizaines de milliers d’euros par an. S’investir dans une start-up ou une activité collaborative apparaît aussi comme un nouveau tremplin vers l’emploi.
Bref la révolution est bien en marche, même si elle demeure invisible pour la statistique usuelle. 

 

Olivier Passet, Le poids de l'économie collaborative sur les emplois et les revenus, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Emploi, salaires, travail Economie collaborativeEmploiEntrepreneuriatComptabilité nationaleFreelance

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier