La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Macron est-il vraiment le...
https://player.vimeo.com/video/235907597?autoplay=1 Olivier-Passet-OPA-Macron-est-il-vraiment-le-president-des-riches--6746.jpg
09/10/201704:38

Emmanuel Macron est-il vraiment le président des riches et des entrepreneurs ? Si l’on s’en tient à l’impact de la prochaine loi de finances pour la seule année 2018, l’assertion paraît difficilement réfutable.


Un budget qui profite aux plus fortunés


Il suffit de superposer  les différentes mesures du budget 2018 pour s’en rendre compte.


• Les 4,2 milliards transférés aux détenteurs de patrimoine via la refonte de l’ISF, et la flat tax sur les revenus du capital.


• La hausse de la CSG, moins que compensée cette année par une baisse des cotisations salariales pour les actifs, puisque cette baisse est décalée à janvier et octobre. Cette hausse de CSG est de surcroît applicable aux retraités, au-dessus d’un certain seuil de revenu, sans pouvoir être compensée par la baisse des cotisations. Les retraités voient ainsi leur pouvoir d’achat entamé dès lors qu’ils gagnent plus de 1200 euros par mois et qu’ils ne détiennent que de petits patrimoines.


• Les 3 milliards de consolation via la décrue d’un tiers de la  taxe d’habitation, pour 80% des redevables, visant plutôt la classe moyenne.
Il est clair que ce budget profite cette année d’abord aux plus fortunés. Mais pas n’importe lesquels, ceux qui participent au financement de l’économie productive.


Le gouvernement renoue avec la politique de Sarkozy


Si l’on adopte un autre mode de présentation, selon que l’effort fiscal est porté par les ménages, les entreprises ou les détenteurs de patrimoine, on voit rapidement que du côté des ménages, la baisse de la taxe d’habitation pour 3 milliards est plus qu'effacée cette année par la charge nette qu’induit le basculement inachevé des cotisations sur la CSG (+3,7 milliards), à quoi il faut ajouter la fiscalité du tabac (+0,5 milliard), soit 1,2 milliard d’accroissement des impôts pour les ménages en tout. Sans compter l’alourdissement de 3,7 milliards de la fiscalité énergétique, qui se répartit sur tous les acteurs, mais pèse davantage sur les ménages.


Côté entreprises, il y a l’impact de la baisse de 5 points de l’IS jusqu’à 500.000 euros de chiffre d’affaires (-1,2 milliard), l’effet budgétaire décalé de la hausse du CICE l’an dernier, (-4 milliards), et divers autres allègements (-0,7 milliard). Cela fait en tout 5,9 milliards d’allègements, qui pour l’essentiel constituent un héritage du précédent gouvernement, et relève très largement des conventions d’écriture autour du CICE.


Restent les détenteurs de capital, qui engrangent les 3,2 milliards de la refonte de l'ISF et les 1,3 milliard du prélèvement forfaitaire sur le capital, soit 4,5 milliards.


Si on se focalise sur les mesures nouvelles du gouvernement Philippe, on renoue cette année avec la ligne Sarkozy, qui assimile une politique de l’offre à une politique de baisse du niveau général des impôts  favorable à ceux qui détiennent le capital et le recyclent (les plus riches en général). Et l’on rompt avec la ligne Hollande qui avait plutôt privilégié une bascule de l’impôt des entreprises vers les ménages, dans un jeu à somme nulle, entre les deux types d’acteurs. En accroissant plutôt la barque sur les ménages les plus riches.


"Un pays qui produit de la richesse produit des riches"


Finalement, les « enrichis » du capitalisme sont bien les gagnants de ce budget. Derrière cela, il y a une idée maîtresse : un pays qui produit de la richesse, produit des riches. Et cette richesse gagne plus à être réinvestie dans l’économie réelle et sur le territoire qu’à être taxée à des fins de redistribution. Le gouvernement fait le pari que c’est en créant un climat de confiance en faveur des personnes aisées que l’économie pourra repartir.

C’est un vieux débat, mais c’est surtout une politique qui est menée de façon plutôt homéopathique, si l’on regarde les ordres de grandeur en jeu, l’impact de ces mesures à plus long terme, lorsque la baisse des cotisations salariales prendra son plein effet, et si l’on tient compte de la revalorisation de certains minima à horizon 2022.


In fine, la révolution annoncée a plus les allures d’une expérimentation que d’un vrai changement de cap à la Reagan ou à la Thatcher.

 

Olivier Passet, Macron est-il vraiment le président des riches ?, une vidéo Xerfi Canal Economie.


En savoir plus

Mots clés : Politique économiqueFiscalitéEntrepriseRedistributionFiscalité du capitalProjet de loi finance

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier