Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Mondialisation 2013 : le tournant inattendu

Publié le mardi 25 juin 2013 . 3 min. 59

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Il est des moments où des signaux faibles et isolés, se mettent à faire système et changent notre interprétation du monde. C'est aujourd'hui, toute une histoire qui semblait pré-écrite et validée par la crise qui prend une direction inattendue. Celle du submergement des pays développés par les émergents, celle d'un peak oil, butoir à notre croissance carbonée, celle d'un monde multipolaire signant le déclin inexorable du leadership américain, celle d'une finance hyper liquide sans inflation autre que celle des actifs. On assiste aujourd'hui à une redistribution des cartes mondiales qui pourrait bien bouleverser nos représentations.

C'est d'abord la réaffirmation du leadership américain sur l'économie mondiale. La crise sanctionnait en première analyse une dérégulation débridée, la surconsommation à crédit, elle marquait l'épuisement d'un modèle dont les Etats-Unis étaient emblématiques. Elle aurait pu porter un coup fatal à la domination du dollar, or  elle débouche au contraire sur un renforcement de l'ascendant américain. Que voit-on aujourd'hui ? Une Amérique qui se repositionne sur ses fondamentaux, qui met fin au mythe partenarial de la Chine-amérique. Une Amérique qui organise au contraire un containment commercial et monétaire de la super-puissance asiatique, qui renoue avec une tradition isolationiste, sur le plan industriel ou géostatégique, qui déplace son jeu d'Alliance en direction de l'Allemagne et du Japon. Une  real politique qui correspond aussi à un recentrage sur l'économie réelle et le territoire.

C'est ensuite une profonde remise en cause des perspectives énergétiques :
les Etat-Unis, premier producteur mondial de pétrole avant la fin de la décennie, et surtout exportateurs nets d'ici 2030. Cette nouvelle donne a déjà des effets à court terme. Elle décale, pour les spécialistes, sans l'invalider la perspective d'un plafond de production et d'un épuisement des réserves. Elle n'invalide pas encore l'hypothèse d'une montée tendancielle des prix, mais cette irruption soudaine de nouvelles ressources montre que nos process et nos dynamiques de prix sont beaucoup plus mouvants que prévu. Elle accrédite un peu plus l'adage de l'ancien ministre de l'OPEP, Cheikh Yamani : L'âge de pierre ne s'est pas terminé par manque de pierres, l'âge du pétrole ne s'achèvera pas avec le manque de pétrole ».

Il y a ensuite les ratés de la croissance des émergents. Des ratés qui pourraient bien augurer un rééquilibrage beaucoup plus durable de la croissance mondiale. Le gap de croissance qui n'a cessé de se creuser depuis 20 ans est sûrement une tendance moins linéaire et moins inexorable qu'annoncé. Un mouvement qui va de pair avec la volonté  d'un nombre croissant de multinationale de raccourcir leurs chaines de valeur.

Il y a enfin l'idée bien ancrée d'une inflation qui aurait déserté ad vitam aeternam le marché des biens, d'une boucle prix-salaire reléguée aux oubliettes de l'histoire des 30 glorieuses, et pourtant l'inflation est déjà là chez les émergents. Les salaires se raniment en Allemagne et frémissent aux États-Unis. Le Japon cherche, lui à importer son inflation. Tout cela dans un contexte de faible endettement des entreprises, de faibles taux d'intérêt, d'importantes marges de hausses de la rentabilité financière, qui peuvent ouvrir la voie à un relâchement salarial.

Pour conclure, il temps de faire évoluer nos logiciels d'analyse. Une issue à l'impasse des global imbalances est peut-être bien en passe de s'ouvrir.  
 


Olivier Passet, Mondialisation 2013 : le tournant inattendu, une vidéo Xerfi Canal

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER