Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Moscovici peut-il encore sauver le pouvoir d'achat ?

Publié le lundi 29 octobre 2012 . 3 min. 17

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Disons-le d'emblée. Il n'y a pas aujourd'hui de marges de manœuvre pour accroître la compétitivité coût des entreprises sans porter atteinte au pouvoir d'achat des ménages.
Et logiquement,  le gouvernement rechigne à faire financer la baisse des charges par un prélèvement supplémentaire sur les  ménages. L'hésitation est légitime. La CSG est une retenue à la source. L'augmenter de 30 milliards c'est exercer une ponction directe sur la consommation de 1,5 à 2 %. C'est amputer la croissance de près de 2 points. Après la rigueur déjà programmée, c'est faire basculer la France dans une récession lourde pour 2013. C'est perdre 1 point de PIB de recettes fiscales. C'est louper assurément la cible de 3 % de déficit. C'est donc perdre sur les deux tableaux… celui de la croissance et celui des cibles de déficit.
Seul point positif, c'est aussi réduire notre différentiel de demande intérieure avec le reste de l'Europe … donc mécaniquement réduire notre déficit commercial…. Mais peut-on  vraiment appeler cela  « compétitivité ? ».
Quand le patron de Bercy se déclare "défavorable" à une augmentation de la CSG pour compenser la baisse des charges, on le comprend. Mais sa position souligne aussi l'impasse dans laquelle s'est placé le gouvernement en adoptant la ligne dure des  3 % de déficit.  Car la paralysie gouvernementale doit être jugée à l'aune de deux autres scénarios.
1/ Celui dans lequel les 38 milliards de ponction des lois de finance de juillet et septembre auraient financé une baisse de charge ou des dispositifs de soutien aux ETI. Prélever sur les grandes entreprises et sur les hauts revenus pour financer la baisse des charges.  Un transfert de ceux qui disposent d'un fort pouvoir de marché vers ceux qui sont en position plus précaire. Cela fait sens.  Les effets sur la consommation seraient minimisés et les effets sur la compétitivité seraient direct... Une partie de la hausse de CSG pourrait aussi être amortie par des hausses de salaire dans les secteurs les moins exposés…. Cela aurait signifié d'associer les partenaires sociaux au dispositif. Difficile d'établir le bilan de tout cela en terme d'équilibre budgétaire… mais pas certain que cela soit très éloigné de ce que le gouvernement obtiendra in fine en cherchant à atteindre à tout prix sa cible de déficit..
2/ Autre scénario  celui dans lequel gouvernement ne fait rien en matière la compétitivité… ou fait du symbole, ce qui revient au même. Cela veut dire de trainer notre handicap de compétitivité vis-à-vis du nord  mais aussi du sud de l'Europe. C'est l'emploi qui trinquera dans ce scénario… donc le pouvoir d'achat… sur mode totalement inéquitable. La France sera le pays malade de l'Europe pour de longues années.  En cumulé, l'impact sur le pouvoir d'achat risque fort d'être très supérieur à celui qu'entrainerait une hausse immédiate de CSG.
Entre le scénario maintenant impossible et celui du pire que reste-t-il comme voie étroite au gouvernement ? Probablement de renoncer à une baisse des charges et de mettre en place des dispositifs de subvention et de baisse de charge concentrés sur les ETI. Baisser significativement l'IS sur les entreprises indépendantes inférieures à un certain seuil de taille. Créer des crédits d'impôts et de charge sur les dépenses qui renforcent les fonctions stratégiques des entreprises. Ce qui revient à élargir l'assiette du crédit impôt recherche. 5 à 10 milliards très ciblés plutôt que 30 approximativement ciblés et qui casseront la consommation.
Olivier Passet, Moscovici peut-il encore sauver le pouvoir d'achat ?, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER