Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Obligations : dégonfler la bulle sans la faire exploser

Publié le jeudi 14 mars 2013 . 3 min. 43

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Ce qui se joue ces jours-ci est décisif pour la croissance mondiale… Pour l'heure quelques dissensions au sein de la FED sur le Quantitative Easing et des Bourses trébuchent. Quelque réassurance de P. Bernanke et l'embellie se diffuse à l'ensemble des places. Cette instabilité est à la mesure de l'épée de Damoclès qui menace le scénario de poursuite de la reprise mondiale. Car les marchés sont  aujourd'hui face à un vrai point critique. Pourquoi ?  Parce que dans les semaines qui viennent l'économie mondiale peut s'engager dans le 3ème épisode d'une crise à paliers initiée en 2007-2008 comme elle peut s'en éloigner.
Première épisode : la crise des sub-primes qui marque la dérive de l'endettement privé et l'entrée dans une phase de désendettement. Deuxième épisode : la crise des titres souverains, c'est-à-dire la contagion de la crise aux États par reprise et transfert des dettes privées à la sphère publique. Cette phase a ouvert une période de consolidation qui a sévèrement pénalisé la croissance et l'emploi. C'est ce que nous vivons aujourd'hui,  avec l'espoir d'être proches d'un plancher. La crise est la résultante du retrait du soutien public, retrait qui a été rendu possible par le relai pris par les banques centrales dans le soutien à l'économie réelle inondation de liquidité, maintien de toute la gamme de taux à des niveaux artificiellement bas.
Mais reste à gérer maintenant le retrait des banques centrales. Car tout l'effort des banques a consisté à réduire le coût de financement des Etats. On estime que sans l'intervention de la FED, les titres seraient 100 à 125 points de base plus élevés aux Etats-Unis. L'occurrence d'un troisième épisode dépend de la façon dont s'opère la sortie. Deux scénarios sont possibles :
1/ le premier, est celui de l'explosion de la bulle obligataire, celui où l'on découvrirait qu'en absence de possibilité de rendement suffisant sur les obligations d'État, les investisseurs se seraient engouffrés dans de nouveaux risques. Les junk bonds procurent au moins des rendements positifs. Contrairement titres triple A. Parce que les taux sont à des niveaux artificiellement bas… la recherche de rendement peut pousser les investisseurs à se surexposer sur les segments que l'on appelle high yield et qui contiennent un risque élevé de défaut.  Un retrait désordonné  et ce serait une majoration brutale des taux longs, une rechute assurée des Bourses et un durcissement de la contrainte d'endettement. C'est moins de croissance, de la désinflation ou de la déflation. C'est un effet boule de neige sur les dettes et le pire n'est pas loin.
2/ Le second scénario, est celui où la FED favorise durablement la détente des taux obligataires et organise un retrait ordonné. La croissance américaine résiste. Les Investisseurs reportent graduellement leurs encaisses détenues en obligations d'Etat à rendement nul vers  les marchés d'action dont les cours sont encore très raisonnables. Quand on les rapporte aux profits, la croissance se renforce entre pays développés et émergents. Les taux longs s'apprécient certes graduellement, mais comme résultante de la croissance et du report sur les actions…. Et non du surendettement.
Un scénario qui n'est pas encore disqualifié … on l'espère…

Olivier Passet, Obligations : dégonfler la bulle sans la faire exploser, une vidéo Xerfi Canal

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER