Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Pression fiscale : du saupoudrage au matraquage

Publié le mercredi 24 février 2016 . 4 min. 51

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Quel bilan de la fiscalité pesant sur les ménages durant les quinquennats Sarkozy et Hollande ? Je ne vais pas faire le match, car en fait  tout s’est joué à cheval sur les deux présidences. Il suffit de regarder l’historique de la pression fiscale et de connaître le timing des lois de finance pour comprendre que les deux dernières lois de finance de Nicolas Sarkozy contribuent largement aux inflexions, l’essai étant transformé, sans faillir par François Hollande.

 

Bilan, le poids des prélèvements obligatoires a connu le gros de son augmentation entre fin 2010 et fin 2014. Durant cette période de responsabilité partagée, où la fiscalité franchit une nouvelle marche, le poids des prélèvements obligatoires augmente de 3,7 point de PIB. Sur ces 3,7 points, 2,2 points sont le fait de la fiscalité des ménages (en y intégrant les indépendants) ; plutôt de 1,6 point lorsque l’on cherche au maximum à expurger les chiffres de ce qui relève des entreprises indépendantes. A quoi il faudrait ajouter 0,2 point pour la TVA, et 0,4 point pour les autres impôts indirects (notamment, convention d’assurance, électricité, boissons), même s’il est abusif de les affecter aux ménages exclusivement.

 

Si je resserre maintenant l’observation sur la législature actuelle autrement dit, entre la mi-2012 et le dernier point connu, soit le 3ème trimestre de 2015, le poids des prélèvements obligatoires a augmenté globalement de 1,9 point, dont 1,4 point se concentre sur les ménages. A quoi on peut encore ajouter 0,1 point de TVA et 0,2 point pour les autres impôts indirects.

 

Responsabilité partagée donc, avec quelques distinguos : Nicolas Sarkozy cherche à faire refluer la fiscalité des ménages en début de mandat, notamment en haut de la distribution. François Hollande cherche à inverser cette courbe en fin de mandat, mais plutôt sur le bas de la distribution. Et autre distinguo, compte tenu du pacte de responsabilité, l’effort contributif s’est finalement bien davantage polarisé sur les ménages sous François Hollande que sous Nicolas Sarkozy.

 

Si l’on regarde maintenant par quels impôts transite cet effort des ménages, depuis 2010, on trouve en haut du palmarès :
l’IR 1/ avec au menu, parmi les mesures les plus commentées, la désindexation du barème jusqu’en 2013, la limitation des niches sociales sur l'épargne salariale, la suppression des allègements sociaux attachés aux heures supplémentaires et complémentaires de travail, l’abaissement du seuil de l'abattement personnel applicable aux donations en ligne directe, la réduction de l’avantage lié à l’exonération des plus-values à long terme réalisées à l’occasion de la cession de titres de participation, la nouvelle tranche de 45%, le plafonnement du quotient, l’imposition au barème des revenus du patrimoine, hors assurance-vie, etc …
En 2/ les impôts indirects avec là encore une myriades de mesures essaimées et en 3/ une hausse de la CSG pour certains produits d’épargne et pour les retraités.

 

J’arrête là une énumération, qui est très loin d’être exhaustive, et où la question de l’ISF apparaît finalement de deuxième ordre. Il ressort de tout cela que l’essaimage a pris le dessus sur une véritable stratégie fiscale. Derrière cet inventaire, c’est finalement la fiscalité du capital, déjà élevée en France qui a fait l’objet de tirs croisés, pour faire écho au récent rapport de COE REXECODE. Mais sans que soit véritablement prise en compte la question de la mobilité des bases, question cruciale pourtant. Résultat, il ressort que  la plupart des mesures censées viser le haut de la distribution a eu certes un résultat positif en termes de recettes, mais avec un rendement systématiquement en deçà des attentes. Résultat, aussi, ce sont les ménages les plus riches, mais n’appartenant pas à la catégorie des hyper-riches, autrement dit ceux qui recyclent leurs revenus sur le territoire sans avoir l’échelle de fortune leur permettant de jouer à plein l’optimisation, aidés de conseillés et de la complaisance de l’Etat, qui se retrouvent en cœur de cible. Et une nouvelles fois, la fiscalité du capital bouge, sans que soit opéré un véritable distinguo entre ce qui est productif, et ce qui ne l’est pas.

 

Olivier Passet, Pression fiscale :  du saupoudrage au matraquage, une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER