Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Une zone euro zombie et paralytique

Publié le lundi 27 octobre 2014 . 3 min. 39

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses de Xerfi

 

Tous les signaux conjoncturels sont aujourd’hui convergents. La reprise européenne est cassée. Cela n’est plus de l’ordre de la prophétie mais du constat. Le PIB a stagné au second trimestre. La locomotive allemande, soit 29 % du PIB de la zone, entrera très probablement en récession technique  au troisième trimestre. Tous les indicateurs de climat, de perspective de production, de stock, de prix sont convergents. Les perspectives de production se sont nettement dégradées dans le secteur manufacturier comme dans les services. La confiance des consommateurs se délite. Le repli de la production industrielle, déjà largement entamée, devrait se poursuivre dans les mois qui viennent. En un mot, l’Allemagne décroche et après un second trimestre négatif, elle pourrait enchainer deux trimestres consécutifs de baisse du PIB.

 

Derrière ce basculement brutal, il y a ,on le sait, un ralentissement des débouchés extra-européens de l’Allemagne et une absence totale de relai de la demande intérieure. Cependant, à ce stade, l’Allemagne réunit plus les conditions d’une croissance molle prolongée que d’une baisse durable de son activité. Le moteur des créations d’emploi est à l’arrêt. Mais le pouvoir d’achat des salaires croit légèrement dans le contexte de ralentissement des prix que connait l’ensemble de la zone. L’Allemagne sera en somme un poids mort quand il aurait fallu qu’elle épaule le redressement de ses partenaires.

 

Sans locomotive, l’ensemble de la zone euro, déjà au point mort va-t-elle sombrer toute entière en récession. Plus précisément, faut-il s’attendre à deux trimestres consécutifs de baisse du PIB aux troisième et quatrième trimestres ? Les industries périphériques, en partie sous-traitantes de l’Allemagne vont inévitablement souffrir du trou d’air que traverse l’industrie allemande. Les efforts de consolidations inachevés continueront à peser sur leur décollage et comme l’Allemagne, ils subissent la dégradation du commerce mondial.

 

Mais là encore, la déflation latente crée une situation ambiguë. Dans presque tous les pays, elle produit une paralysie plus qu’un décrochage. Les projets d’investissement sont différés, les marges sont compressées, mais la consommation sauve les meubles. Il ne s’agit pas en somme d’un vrai retournement cyclique avec les effets amplificateurs habituels, il n’y a pas eu de surchauffe préalable, d’excédents de stocks, de surinvestissement etc… Les entreprises qui naviguaient déjà à vue, et collaient au plus près aux évolutions du marché vont continuer à le faire, sans  sur-ajustements. Pas de grande dégringolade donc.

 

En somme, tout conduit l’Europe vers un scénario de croissance zéro. Un scénario de zombie, où tous les moyens mis en œuvre pour doper l’offre et relancer l’activité se mue en outil défensif maintenir les entreprises en survie artificielle. Le quantitative Easing de Mario Draghi, destiné à relancer l’investissement, va juste éviter une restriction du crédit mortifère. Le CICE épargne à la France un ajustement brutal des salaires. La politique de baisse d’impôts engagée par Mattéo Renzi en Italie, va temporiser le ralentissement de la demande. Et chose paradoxale, les pays européens qui attendaient la locomotive allemande vont amortir la déconfiture allemande.

 

En définitive, les milliards qu’ils ont engagés pour remettre leur offre sur les rails sont en train de se consumer à contre-emploi. Ils soutiennent leur demande interne et stabilisent les débouchés européens de l’Allemagne. Autrement dit, les wagons retiennent la locomotive dans sa chute.

 

Olivier Passet, Une zone euro zombie et paralytique, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER